mercredi 16 septembre 2009

Sur la platine: septembre 2009.



1. Jewel Bass: "I tried it and i liked it". Du funk de la Nouvelle Orléans pour bien démarrer avec un de ces groupes obscurs (mais talentueux) dont la Crescent city regorge.


2.Max Romeo: "Valley of Joseaphat" (version longue, qui se termine en dub). Ce morceau planant est issu d'une réédition du label Blood and Fire (qui a malheureusement mis la clef sous la porte), rassemblant quelques uns des meilleurs titres reggae roots de Romeo de la période 1973-1977. C'est un classique, indispensable pour tout amateur de reggae.

3.Lee Fields and the Expressions: "Do you love me". Lee Fields est un grand chanteur dont les premiers enregistrements remontent tout de même à 1969. Son dernier album est absolument formidable et ne sent absolument pas le renfermé comme on le pouvait le craindre. Pour en savoir plus sur lui, allez donc faire un tour sur ce blog.

4. Wilson Pickett: "Hey Jude". Une reprise puissante d'un classique des Beatles avec Pickett au meilleur de sa forme. Ce morceau fut enregistré à Muscle Shoals. On y entend notamment à mi-morceau un solo d'anthologie de Duane Allman. Imparable!

5. John Holt: "Tonight". La voix de velours de John Holt, ex-leader des Paragons, a l'honneur sur une ballade toute en douceur, mais pas sirupeuse pour un sou.


6.Al Campbell: "Take a ride". Cette rythmique célèbre fit le bonheur de nombreux chanteurs jamaïcains comme Johnny Osbourne (sans parler du "bilan" de Benji et Jacky). Cette version d'Al Campbell vaut en tout cas le détour (tirée d'une excellente réédition du label soul jazz records: studio one roots 2).

7. Keith and Ken: "I won't let you go". Une obscure pépite jamaïcaine par un duo dont j'ignore tout.

8. Tabou Combo: "Alle lave". Cet orchestre reste un des monuments de la musique haïtienne, et en particulier du compas. Impossible de ne pas bouger à l'écoute de ce titre. Mais attention, il faut garder des forces, car il est long et monte en puissance...

5 commentaires:

M.AUGRIS a dit…

Très sympa comme sélection.
Au fait, pourquoi la Nouvelle-Orléans est-elle surnommée "Crescent City" ? Une question de forme de la ville ?

J. Blottiere a dit…

Merci.

Le site de la ville correspond à un méandre du Mississippi en forme de croissant, d'où son surnom.

A bientôt.

Julien

NB: une belle description du site sous la plume d'Elisée Reclus: http://raforum.info/reclus/spip.php?article275.

ital corner a dit…

Si par ailleurs je suis fan du travail de rééditions du label souljazz Je trouve décevant le travail qu'il font sur les musiques jamaïcaines. La collection 100% dynamite était d'une fainéantise crasse et la collection studio one est loin de connaître le soin qu'elle aurait mérité (certes moins prolixe le label heartbeat soigne plus le travail).
Seuls les volumes studio one roots (surtout le 2) trouvent grâce à mes yeux. Autre exception : le dernier volume de la série 100% dynamite ! consacré à la scène Jamaïcaine dans le New-york du début des années 90 vaut le détour. Le sleng teng mille fois transformé en breakbeat est toujours aussi rafraîchissant.

Les chanteurs Keith Lynn et Ken Lazarus ont très peu marqués l'histoire des musiques Jamaïcaines. Ils sont surtout connu pour leur participation aux dragonaires de Byron Lee.

Merci pour cette playlist qui m'a fait découvrir tabou combo

J. Blottiere a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
J. Blottiere a dit…

Merci pour l'info sur Keith and Ken.
Je suis d'accord avec toi au sujet des 100%, 200%... dynamite qui n'étaient vraiment pas originales et ne valaient pas certaines compil' trojan. En revanche leur exhumation du catalogue studio one valait souvent le coup (studio one woman, studio one soul 1, studio one scorchers...). Mais, c'est vrai qu'en ce moment, ils baissent un peu. C'est sûr que je préférais les rééditions de Blood and Fire ou Pressure Sound.

A bientôt et merci pour ces commentaires intéressants.

J.B.