samedi 30 mai 2015

298. Dimitri Klebanov: "Symphonie n°1" (1946)


Dès le déclenchement de l'opération Barbarossa, les troupes allemandes se livrent aux pires exactions à l'encontre des populations soviétiques. Dans les villes, les villages, les communautés juives sont systématiquement traquées, neutralisées, exécutées. Ces massacres sont perpétrés par des commandos de tueurs qui, la plupart du temps, fusillent leurs victimes au bord de fosses. Ces fusillades se déroulent entre 1941 et 1944 en Union soviétique, mais aussi dans les pays baltes, en Roumanie, dans les Balkans, donc hors des centres d'extermination situés sur le territoire polonais. 
Les 29 et 30 septembre 1941, des unités allemandes et ukrainiennes massacrent 33 771 juifs de Kiev dans le ravin de Babi Yar. Par son ampleur et sa cruauté, cette tuerie massive reste dans les mémoires comme le symbole des exécutions de masse perpétrées par les einsatzgruppen à l'Est. (1)

*************** 

En surplomb du ravin de Babi Yar, un membre d'un Einsatzgruppe discute avec deux femmes. A l'arrière plan, dans le ravin, des prisonniers de guerre soviétiques nivellent la terre sur le charnier. On a fait sauter les parois du ravin à la dynamite. [Automne 1941]


Pour comprendre la mise en place des exécutions de masse à l'est, il est nécessaire de s'intéresser au sort réservé aux Juifs par les nazis.  Ces derniers tentent de trouver une réponse à leur lancinante question: « Où allons-nous mettre les juifs ? ». Dans un premier temps, les hiérarques du parti optent pour le confinement dans le territoire de la Pologne occupée, avant d'élaborer finalement un plan d'émigration vers Madagascar. Or, la décision d'envahir l'URSS, le 22 juin 1941, change la donne. Une fois les Russes vaincus, les nazis envisagent de déporter les Juifs de toute l'Europe dans l'Est sibérien (General Plan Ost), ce qui est synonyme d'une mort lente et différée. Là bas, ils pourront y croupir sur place, mourir, peu importe, tant qu'ils ne côtoient plus les aryens. En quelques mois, l'Allemagne prend le contrôle de territoires qui comptent près de 8 millions de Juifs. Un dilemme se pose aussitôt aux Allemands: faut-il attendre la fin de la guerre pour mettre en œuvre la "solution finale de la question juive" ou la commencer sur le champ? 
La résistance de l'URSS et l'entrée dans une guerre longue et mondiale conduisent Hitler et ses séides à opter pour le génocide immédiat (au cours de l'automne 1941), sans attendre la victoire sur Moscou. Il ne s'agit plus de déporter vers le grand Nord, mais bien de tuer sur place.  


Dès le début de l'opération Barbarossa, Heydrich développe une intense propagande à destination des soldats allemands, auxquels sont distribués des tracts censés les préparer à ce qu'ils allaient trouver à l'est. Ce conflit devient l'affrontement idéologique crucial, une guerre raciale dont dépendra le sort du IIIème Reich. L'URSS est présentée comme la terre des cruautés où l'on doit se méfier de tout et de tous, prisonniers comme civils. D'emblée, la Waffen-SS et la Wehrmacht sont autorisées à bafouer le droit de la guerre, à abandonner toute réserve morale. Dès le printemps 1941, "l'ordre des commissaires" (kommissarbefehl) ordonne l'assassinat de tout "commissaire politique" de l'Armée rouge. Les juifs d'URSS, eux, sont voués à la mort. La destruction et le déplacement des populations sont au centre de la guerre à l'est car les conquêtes doivent agrandir l'espace vital allemand; territoire qui doit  être judenrein, c'est-à-dire "vidé de ses Juifs". Dans cette optique, Heydrich convoque les dignitaires de la SS auxquels il entend confier une "mission spéciale" en Russie. L'opération Barbarossa constitue donc bien un tournant majeur de la politique anti-juive.


Avancées des Einsatzgruppen en URSS.


 *Les groupes mobiles de tueries entrent en action.
Des "commandos mobiles de tuerie" (Raul Hilberg) suivent la progression de la Wehrmacht lors de l'invasion de l'Union soviétique. (2) D'ouest en est, quatre unités d'einsatzgruppen - portant les noms A, B, C, D - ratissent l'immense ligne de front qui s'étend de la Baltique à la mer noire. (3) Chargés de massacrer les "représentants du judéo-bolchevisme" et les "communistes fanatiques", ses membres perpétuent des massacres de masse dès le déclenchement de l'opération Barbarossa.
Bien équipées en armes et en moyens de transports, les unités se composent principalement de membres de la police de l'ordre (Ordnungspolizei) et de la Waffen SS, placés respectivement sous les ordres de Daluege et Himmler.

Chaque Einsatzgruppe se décompose en 3 ou 4 commandos et dispose d'un Vorkommando, une avant-garde chargée de faire des repérages et d'identifier les "ennemis politiques". Une partie du kommando garde les personnes arrêtées. Un second groupe se charge de l'acheminement des victimes vers des fosses préalablement creusées. Enfin, un dernier groupe, les tireurs, exécute. Les unités s'avèrent relativement petites (de 600 à 1500 hommes au total), mais il faut ajouter à ces chiffres ridicules, l'aide logistique indispensable fournie par l'armée. Au fond, il existe une véritable coopération entre les hommes de Himmler (Waffen SS), Heydrich (Einsatzgruppen) et Daluege (Ordnungspolizei); un partage des tâches géographique dans la mise en place du génocide. En Biélorussie, l'einsatzgruppe B et des Waffen SS se chargent de l'extermination des juifs des villes, mais dans les villages et les campagnes, c'est la 707ème division de la Wehmacht qui fusille. Tout au long des tueries, les Allemands se font aider d'auxiliaires collaborateurs pris dans chacun des pays occupés. 

Le 27 juin 1941, à Kaunas, les nationalistes lituaniens frappent et tuent les juifs avec des barres de fer.

 
* Intensification progressive des tueries.
Dès le lendemain de l'invasion, des massacres de masse sont perpétrés par les Einsatzgruppen. Aux pays baltes, les troupes allemandes s'adonnent à des violences d'une cruauté inouïe à l'encontre des juifs et des communistes. Or, compte tenu, de la brutalité de l'annexion de ces territoires à l'URSS en novembre 1939, de nombreux Lettons, Lituaniens et Estoniens accueillent les Allemands en libérateurs. Les nazis s'emploient aussitôt à attiser les frustrations et le ressentiment ressentis sous le joug soviétique. Ils s'appuient sur une police auxiliaire indigène chargée de "s'occuper" des bolcheviks et des juifs, considérés les alliés des communistes. L'antisémitisme très vif des Lituaniens - qui avait conduit de nombreux Juifs à accueillir à bras ouvert les Russes - incite les volontaires à s'engager en grand nombre dans ces polices supplétives. Dès l'arrivée des Allemands à Kaunas, les populations lituaniennes se ruent sur les Juifs, massacrés à coups de barres de fer. La haine est encore attisée par la découverte des prisonniers nationalistes baltes exécutés par les Soviétiques; la responsabilité de ces assassinats est aussitôt imputée aux Juifs. 

Au fur et à mesure de leur progression en URSS, les tueries se poursuivent et se multiplient. Les soldats de la Wehrmacht, en association avec les Sonderkommandos 4a et 4b de l'Einsatzgruppe C,  massacrent les commissaires du parti communiste et les Juifs dès leur entrée en Ukraine, tout en cherchant à susciter ou exploiter des pogroms (Lwow, Jitomir...).
Rapidement, les agents du "judéo-bolchevisme" ne sont plus les seuls visés. Au cours de l'été 1941, on passe de massacres sporadiques à l'extermination systématique de communautés juives entières Le 21 juillet 1941, à l'occasion d'une visite à Lemberg, en Galicie orientale, Himmler suggère l'adjonction des femmes et des enfants aux tueries. "Avec l'exécution des enfants pointe la pulsion génocidaire directe". [cf: Chritian Ingrao: "Jusqu'au dernier"] Entre la fin juillet la fin août, la radicalisation simultanée du comportement de la police et de l'armée allemande vis-à-vis des juifs - et plus seulement les Einsaztgruppen - conduisent à une intensification des massacres. Au cours de cette période, le "régiment de police sud", dirigé par Friedrich Jeckeln supervise "25 actions" qui conduisent à la mort de 33 000 personnes (dont 23 600 à Kamenets-Podolski, les 27 et 28 août 1941). Ces tueries de masse restent encore toutefois circonscrites à l'URSS. 
Quand la décision du passage au "génocide" généralisé est-elle prise? En l'absence d'ordres écrits pour exterminer les Juifs, il s'avère impossible de répondre, d'autant que les termes employés par les nazis restent toujours très vagues pour dissimuler ce qui se passe vraiment. Il semble toutefois qu'à l'occasion d'une réunion rassemblant les principaux dignitaires nazis dans le quartier général du führer, ce dernier ait fixé la ligne directrice à suivre une fois les territoires de l'est "pacifiés". Or, à partir de l'automne 1941, Hitler est convaincu que l'on se dirige vers une guerre mondiale, impliquant de nouveaux belligérants. L'entrée probable des Etats-Unis dans le conflit, la progression entravée de la Wehmacht, les pertes humaines de plus en plus nombreuses, les nouvelles difficultés de ravitaillement ruinent les espoirs d'une guerre courte. La déportation des juifs vers l'est s'avère impossible. Dans ces circonstances, Hitler considère la présence des juifs - présenté comme les instigateurs d'un vaste complot mondial - comme un redoutable péril pour les aryens. Entre la mi-octobre et la mi-décembre 1941, le führer décide de mettre en place la "solution finale de la question juive", c'est-à-dire l'élimination généralisée des Juifs.



Himmler (ici sur le front de l'est) multiplie les visites sur le terrain et assiste à des fusillades pour montrer aux hommes de la SS qu'il partage avec eux cette "lourde tâche". Après chacune de ses visites, les assassinats s'intensifient.

* Spécificité des fusillades.
Les hommes des einsatzgruppen ne sont pas prédisposés à tuer, mais l'accoutumance intervient vite. Des "savoirs" se constituent.
A des milliers de kilomètres de l'Allemagne, SS et policiers disposent d'une très large marge de manœuvre. Quand les particularités géographiques s'y prêtent, les tueurs optent pour des ravins qui évitent d'avoir à creuser des fosses. Pour économiser leurs munitions, certaines unités décident de jeter leurs victimes dans des puits ou de les précipiter du haut d'une falaise comme à Yalta... Les tueurs des groupes mobiles utilisent également des camions pour gazer des Juifs.

Il faut exécuter vite, beaucoup, sûrement. Cette forme du génocide se caractérise par l'acharnement des tueurs à traquer leurs victimes dans les moindres villages. A partir de l'automne 1941, les unités de police et les einsatzgruppen tendent à se sédentariser, coordonnant leurs massacres depuis un point fixe. En Galicie orientale, et plus à l'Est, des camps de travail sont installés dont les travailleurs sont liquidés à partir de 1943; ailleurs, des ghettos sont organisés, jusqu'à la décision de les anéantir. 
A différence des chambres à gaz, ces massacres mettent face-à-face les tueurs et leurs victimes.  C'est une des raisons pour lesquelles ces fusillades à grande échelle s'accompagnent, pour beaucoup de tireurs, de dommages psychologiques (effondrements nerveux, cauchemars) et comportementaux (alcoolisme) sévères.
Kurt Werner, membre de l'Einsatgruppe C, raconte: "On ne peut pas imaginer la tension nerveuse entraînée par l’exécution de cette sale besogne dans la fosse. C’était horrible… Toute la matinée, j’ai dû rester dans le ravin. On m’a ordonné de tirer encore et encore pendant un moment […]. À midi, nous avons été autorisés à quitter le ravin, et dans l’après-midi ensemble avec d’autres camarades, je devais apporter des juifs vers la fosse. Pendant ce temps, d’autres camarades exécutaient la fusillade dans la fosse. […] 
Pour cette journée, la fusillade a duré jusqu’à environ 5 ou 6 heures de l’après-midi. On nous a ordonné de retourner dans nos quartiers. Pour cette soirée, de l’alcool nous a été distribué à nouveau. " [ cité dans E. Klee et alii, Pour eux, c’était le bon temps, Plon, 1990.]


A la différence des centres d'extermination installés en Pologne, ces crimes ont de nombreux témoins, notamment les personnes réquisitionnées pour creuser, puis combler les fosses. Dans son journal, une habitante de Kiev note: "Le 02 octobre 1941 : « Chacun dit maintenant que les juifs sont assassinés. […] Tous. Sans exception. Vieilles personnes, femmes, enfants. […] Les gens en parlent d’une telle façon qu’aucun doute n’est permis. Pas un seul train n’a quitté la gare de Bahnhof Lukianivka. Des gens ont vu des camions avec des foulards et d’autres objets partant de la gare. « Minutie » allemande !
Ils ont déjà trié leurs rapines ! Une jeune fille russe a accompagné son amie au cimetière et s’est glissée de l’autre côté de la clôture : elle a vu comment des gens nus ont été poussés vers Babi Yar et a entendu les rafales d’une mitrailleuse. […] Autour de nous, les femmes pleurent.
»" [Journal d’Iryna Khoroshunova, cité dans K. C. Berkoff, Harvest of Despair, 2004.] 

Par ailleurs, et à la différence des camps de la mort, nous disposons de nombreux clichés  photographiques pris par des membres de l'armée et de la police, ce qui tend d'ailleurs à relativiser le  traumatisme d'hommes qui éprouvent le besoin de conserver un" souvenir" des exécutions!

Les fusillades de masse se poursuivent bien après l'invasion allemande de l'URSS, alors même que les six "centres de mises à mort" (R. Hilberg) installés par les nazis fonctionnent (Treblinka, Maïdanek, Auschwitz-Birkenau, Sobibor, Belzec et Chelmno).  Les fusillades de masse se déroulent donc parallèlement aux gazages des camps. Patrick Desbois note d'ailleurs que "la frontière entre les deux modes d'assassinat est moins clairement tracée que ce qu'on a pensé jusqu'à récemment." (cf: dictionnaire de la Shoah). L'immensité du territoire soviétique, ainsi que l'absence d'infrastructures ferroviaires dans de nombreuses régions enclavées expliquent la poursuite des fusillades longtemps après le déclenchement de l'opération Barbarossa. L'isolement rend impossible le transfert des victimes vers les centres d'assassinat installés en Pologne. 
Au total, entre 1941 et 1944, les "groupes mobiles" et leurs auxiliaires sont responsables de l'assassinat d'environ deux millions de personnes, soit le tiers du nombre total de victimes du génocide. C'est à Babi Yar, dans une région ravinée au nord-ouest de Kiev, qu'a lieu un des plus grands massacres.





Le 28 septembre 1941, la Wehrmacht affiche dans la ville un appel à la population :« Tous les juifs de la ville de Kiev et de ses environs doivent se rassembler lundi le 29 septembre 1941 à 8 heures du matin à l’angle des rues Melnikova et Dokhturova. Ils doivent apporter leurs papiers officiels, leur argent, leurs objets de valeur, des habits chauds, des sous-vêtements, etc. Chaque juif qui ne respecte pas cette ordonnance et qui sera trouvé ailleurs sera fusillé. Chaque citoyen trouvé dans les appartements des juifs abandonnés ou en train d’y voler sera fusillé. »



* Babi Yar.

La Wehrmacht s'empare de Kiev le 19 septembre 1941. A cette date, la majorité des 220 000 Juifs de la ville ont pu la quitter comme le constatent les 50 hommes du Sonderkommando 4a venus en repérage. Quelques jours plus tard, les hommes de l'Einsatzgruppe C s'installent dans la ville, bientôt rejoints par les bataillons de police 45 et 303 du "régiment de police sud" commandé par Friedrich Jeckeln. 
Avant de quitter les lieux, des agents du NKVD ont pris soin de miner les lieux stratégiques de Kiev. Le 24 septembre, les explosifs provoquent de nombreuses victimes, quelques Allemands sont touchés. En représailles, et sans que les auteurs de ces sabotages n'aient pu être identifiés, la Wehmacht demande à Jeckeln et Rash (chef de l'Einsatzgruppe C) d'exterminer la population juive encore présente à Kiev.
Le 28 septembre 1941, la Wehrmacht convoque par voie d'affiche les juifs pour le lendemain "au coin des rues Melnikov et Dokterivsky". Selon un témoignage, les victimes se rendent au point de rendez-vous "en ayant l'impression qu'ils allaient être relogés."

Lev Ozerov, auteur du récit d'ouverture du Livre noir consacré au massacre de Babi Yar, raconte:
"A l'aube du 29 septembre, venus de tous les coins de la ville, les Juifs de Kiev se mirent lentement en marche en direction du cimetière juif de la Loukianovkaïa. Beaucoup d'entre eux s'attendaient à un transfert vers la province. (...) cette procession de la mort dura trois jours et trois nuits. (...) Au fur et à mesure que la procession se rapprochait de Babi Yar, le murmure grandissait, mêlé de plaintes et de larmes. (...) Papiers et biens étaient confisqués. (...) Après quoi les Allemands obligeaient les gens à se mettre nus (...), leurs vêtements étaient collectés et soigneusement pliés. On arrachait les alliances aux doigts des gens dénudés (...). Ensuite, les bourreaux plaçaient les condamnés par groupes au bord du profond ravin et leur tiraient dessus à bout portant. Les corps tombaient dans le précipice. Les petits enfants étaient poussés vivant dans le ravin. (...)
Les haut-parleurs hurlaient, les cris des victimes en train de mourir étaient étouffés par des airs de danse. "

Par petits groupes, les Juifs sont conduits par la police ukrainienne au cimetière juif pour y déposer leurs affaires et se déshabiller, avant de les conduire dans un"ravin d'environ 150 mètres de longueur, sur 30 mètres de large et au moins 15 mètres de profondeur." [d'après le témoignage de Fritz Höpper, un chauffeur de camion affecté du Sonderkommando 4a] "Aucune distinction n'avait été faite entre hommes, femmes et enfants."
Les tueurs sont des hommes de la Waffen SS, des bataillons 45 et 303 de l'Ordnungspolizei, enfin  des policiers membre du Sonderkommando 4a dirigé par Paul Blobel.
Un de ses membres raconte: "Peu de temps après mon arrivée sur le site d’exécution on m’a ordonné de descendre au fond du ravin, en compagnie d’autres camarades. Peu de temps après, les premiers juifs nous ont été amenés à travers les pentes du ravin. […] Trois groupes de tireurs d’élite étaient dans la fosse […]. Les juifs suivants devaient s’allonger sur les cadavres des Juifs qui avaient déjà été fusillés. Les tireurs se tenaient derrière les juifs et les ont tués par des balles dans le cou.[…] 

Un rapport laconique adressé à Heydrich, le chef de la police et des services de sécurité, établit la comptabilité morbide des deux jours de tueries:" Le Sonderkommando 4a, en collaboration avec l'Einsatzgruppe HG et des Kommandos du régiment de la police sud, ont exécuté 33 771 Juifs à Kiev, les 29 et 30 septembre 1941".  



* Faire disparaître les traces.
Après ces deux journées de tueries ininterrompues, des massacres de juifs, partisans, Tsiganes, civils sont encore perpétrés pendant plusieurs mois dans le ravin de Babi Yar (de l'automne 1941 au printemps 1943). Au total, ce ne sont pas moins de 100 000 personnes qui y sont tuées. Dans le cadre de l'Opération 1005, Blobel revient sur les lieux en août 1943 pour y faire disparaître les traces des massacres. (4)
Dans le Livre noir, Lev Ozerov raconte: "Lorsque , deux années plus tard, l'Armée rouge arriva sur les bords du Dniepr, ordre fut donné de Berlin de faire disparaître les cadavres dissimulés à Babi Yar. (...)
Le 18 mars 1943, les Allemands s'emparèrent de trois cents prisonniers du camp de Syrets et leur mirent des fers aux pieds. (...) Ils furent menés, sous haute surveillance, à Babi Yar. Là on leur donna des pelles. C'est alors que les gens comprirent  qu'ils allaient devoir accomplir une tâche effroyable: déterrer les corps des gens fusillés par les Allemands à la fin du mois de septembre 1941. (...) Les Allemands obligèrent les détenus à brûler les dépouilles. (...) Des feux gigantesques brûlaient jour et nuit. Plus de soixante-dix mille corps furent livrés aux flammes. (...)
Le 28 septembre 1943, lorsque le travail fut sur le point d'être achevé, les Allemands ordonnèrent aux prisonniers de rallumer les feux. Ceux-ci comprirent alors qu'ils allaient être massacrés à leur tour. Les Allemands voulaient tuer et, ensuite, brûler dans ces feux les derniers témoins encore vivants. "
Les prisonniers parvinrent à s'enfuir, mais furent rattrapés et tués (280), à l'exception de 12 rescapés dont les témoignages seront d'une importance capitale. Ils constitueront l'élément clef des enquêtes judiciaires menées par la suite en URSS et en RFA contre les responsables de cette gigantesque entreprise de dissimulation (Opération 1005), en particulier Paul Blobel; condamné à mort lors du procès des Einsatzgruppen (1948), il sera exécuté trois ans plus tard.

 Chaque région est sous le commandement d'un haut-gradé SS, qui est en même temps chef de la police. En Ukraine, Fredrich Jeckeln coordonne les actions communes des bataillons de police et des membres de l'einsatzgruppe C. Lors des fusillades, il cherche à tester la motivation de ses troupes. En se tenant près des fosses pendant toute la première journée du massacre, il semble légitimer ces tueries. Jeckeln passe aussi pour être l'inventeur de la "méthode des sardines" consistant à faire s'allonger les victimes les unes sur les autres dans la fosse avant d'être visées par les tireurs.

















* Un secret de polichinelle.
Toutes les précautions prises par les nazis pour dissimuler leurs crimes furent vaines. Sûrs de la victoire, ils ne cherchent pas, dans un premier temps à garder secrètes leurs exactions. Ainsi, au lendemain des tueries de Babi Yar, les récits des massacres alimentent déjà les conversations des officiers allemands en poste en Europe de l'ouest. Grâce au décryptage du code de radio de la police allemande par les services secrets britanniques, les gouvernements alliés connaissent l'ampleur et la nature des massacres perpétrés à l'est. En outre, la rapidité de la contre-offensive de l'Armée rouge, associée à la multiplication des lieux de massacres, ne permettent pas aux responsables de l'Opération 1005 d'identifier toutes les fosses communes à "liquider". 
Dans le sillage des soldats de l'Armée rouge, une commission extraordinaire chargée d'enquêter sur les crimes et exactions nazis. (5) En novembre 1943, les Soviétiques découvrent ainsi le site de Babi Yar; un site vide et profondément transformé. Le travail d'enquête mené par la commission extraordinaire et l'audition des rares survivants, permet toutefois de rassembler une importante documentation.

Nuremberg, 1948: Paul Blobel lors du procès des Einsazgruppen.

* Juger les Einsatzgruppen.
En Allemagne même, les enquêteurs américains tombent sur des documents essentiels. Ainsi, en épluchant les archives nazies disponibles à Berlin (de la Gestapo, du ministère des affaires étrangères, de la SS...), Benjamain ferencz et son équipe tombent par hasard sur les rapports journaliers des Einsatzgruppen ("rapport top secret sur les activités du front de l'est"). 
Fort de cette découverte crucial, Ferencz parvient à convaincre le procureur Telford Taylor de juger les membres des Einsatzgruppen, ce qui n'était initialement pas prévu. 
Le 3 juillet 1947 s'ouvre donc le 9ème des 12 procès jugés à Nuremberg par le tribunal militaire international. En fonction du rang occupé et du niveau d'éducation, Ferencz sélectionne 22 chefs de kommandos, dont les principaux ordonnateurs du massacre de Babi Yar: Paul Blobel, Otto Rash.
En ouverture des débats, le procureur général déclare: "Notre but n'est pas la vengeance, nous ne cherchons pas non plus une juste rétribution. Nous demandons à ce tribunal d'affirmer, par une action pénale internationale, le droit de l'Homme à vivre dans la paix et la dignité, indépendamment de sa race et de sa foi. Le massacre de civils sans défense dans le cadre d'une guerre, peut être qualifié de crime de guerre, mais ces massacres relèvent d'un autre crime. Un crime plus grave: un génocide." (terme inventé par Raphaël Lemkin, un avocat polonais, seul survivant de sa famille)
Aucun des individus jugés ne manifeste la moindre expression de remords. Pour Ollendhorf, l'assassinat des Juifs, y compris les femmes et les enfants, était une sorte "d'attaque préventive", visant à éliminer tous les ennemis potentiels. 
A l'issue du procès, douze des vingt-deux accusés seront condamnés à la peine de mort par pendaison.



* Klebanov.   
Après le choc provoqué par l'invasion des troupes allemandes, Staline cherche des alliés pour empêcher la déroute totale. Il tolère alors la constitution d'un Comité antifasciste juif chargé d'activer la solidarité de la diaspora juive. En parallèle, un important travail de collecte d'informations sur le génocide des juifs de l'Union soviétique est réalisé. Au fil du conflit cependant, les autorités décident plutôt d'exalter l'héroïsme du peuple soviétique; le mythe de la "grande guerre patriotique" conduit Staline à ne plus considérer le sort spécifique réservé aux juifs, victimes, parmi d'autres, de la cruauté nazie. Dès lors, les travaux et preuves du génocide sont marginalisés et étouffés, tout comme les œuvres consacrées aux victimes juives. Prenons l'exemple, de la Symphonie n° 1 de Dimitri Klebanov. 
Dès 1945, ce compositeur juif ukrainien compose une symphonie "en mémoire des martyrs de Babi Yar". Bien qu'inspirée de chants yiddish et de mélodies synagogales, l’œuvre est entièrement instrumentale, afin de ne pas encourir les foudres de la censure. La symphonie est jouée en 1946 à Kharkov et Kiev l'année suivante. Un journal de Kharkov, le Drapeau rouge traite alors Klebanov de "cosmopolite anti-patriote". Cette prise de position annonce la campagne antisémite à venir. La Symphonie est bannie et ne sera plus jouée avant la chute du régime soviétique. (6)
Les auteurs de poèmes et récits consacrés aux massacres des Juifs en Union soviétique sont  désormais inquiétés et poursuivis, le génocide devient un sujet tabou comme le prouve l'interdiction du Livre Noir, dirigé par Vassili Grossman et Ilya Ehrenbourg. (7) Staline engage même son régime dans une vaste campagne antisémite. 



**********************
Au sortir de la seconde guerre mondiale, tous les éléments étaient réunis pour avoir une bonne connaissance de l'extermination des juifs d'Union soviétique: des documents existaient, des témoins - bien plus nombreux que les rares survivants des camps - subsistaient. Or, paradoxalement, les massacres à l'est furent longtemps, sinon sous-évalués, en tout cas minimisés. Cette curiosité est due, pour une large part, à la politique de falsification mémorielle mise au point en URSS après guerre... (8)  De cela, nous vous parlerons dans un prochain billet.

Notes:
1. A la tête de l'association Yahad-In-Unum ("ensemble") chargée d'identifier les fosses communes en Ukraine, le père Patrick Desbois utilise le premier l'expression "Shoah par balles". Cette dernière ne fait pas toutefois pas l'unanimité. Pour Christophe Tarricone, elle "n'a pas de sens: on ne peut distinguer cette politique d'assassinats sous prétexte que les modalités du meurtre en sont différentes. En Croatie, on a tué des gens à coups de marteaux derrière la nuque. On ne parle pas pour autant de 'génocide par marteau'." (CR d'une conférence de Christophe Tarricone)
2. Formés dès l'annexion de l'Autriche, les einsatzgruppen traquent les opposants autrichiens au nazisme et mettre en œuvre l'expulsion des Juifs du pays. Des groupes d'interventions similaires sont constitués à chaque nouvelle invasion de territoire: Sudètes, Bohême-Moravie, Pologne  où ils assassinent les membres de l'élite.
3. Deux nouvelles unités sont constitués en mars 1944 pour exterminer les Juifs de Hongrie (Einsatzgruppe G, en mars 1944) et de Slovaquie (Einsatzgruppe H, en août 1944). Compte tenu de la rotation des effectifs, ce sont des dizaines de milliers d'individus qui furent impliqués par les fusillades de masse, entre l'été 1941 et l'hiver 1943.  
4. Compte tenu de la multiplication des lieux de massacres et de l'avancée des troupes soviétiques, les responsables de l'Opération 1005  ne parvinrent à retrouver qu'une petite partie des fosses communes. 
5. Dans son sillage, des opérateurs filment les exhumations de cadavres des fosses, lorsque cela est encore possible.
6. Après moult péripéties (qui feront l'objet d'un prochain billet) et 44 ans d'interdiction, la symphonie n° 1 "Babi Yar" sera de nouveau interprétée en Ukraine en 1990, à l'occasion de la commémoration officielle du massacre.
7. Aidés par près de quarante collaborateurs, les écrivains Ilya Ehrenbourg et Vassili Grossman, dirigent la rédaction d'un ouvrage consacré à "l'extermination scélérate des Juifs par les envahisseurs fascistes allemands dans les réions provisoirement occupées de 'URSS et dans les camps d'extermination en Pologne pendant la guerre  de 1941-1945."
8. Jusqu'aux années 1970-1980, les historiens occidentaux tendent à sur-valoriser les aspects "industriels" du génocide des juifs et à réduire la Shoah à ce qui s'était passé dans les camps d'extermination. La tendance à minimiser l'ampleur de la "Shoah par balles" s'explique notamment par l'impossibilité d'accéder aux territoires soviétiques et aux enquêtes des commissions extraordinaires de 1944-1945. 


Sources:
-  Le Livre noir, Acte Sud, 1995.
- Les notices "Ukraine", "Union soviétique", "Wehmacht", "Einsatzgruppen", "Babi Yar" du Dictionnaire de la Shoah sous la direction de G. Bensoussan, J.-M. Dreyfus, E. Husson, J. Kotek, Larousse, 2015.
- Frans C. Lemaire: "Le destin russe et la musique: un siècle d'histoire de la Révolution à nos jours", Fayard, 2005.
- Johann Chapoutot: "Le nazisme, une idéologie en actes", la documentation photographique, 2012.
- Barbara Martin: "Babi Yar: la commémoration impossible"
- ushmm.org: Kiev et Babi Yar.
- Chanson de la semaine [Lycée Vincent d'Indy].
- Babi Yar: symbole de la politique mémorielle soviétique.
- Le massacre de Babi Yar.
- "Le combattant de la paix, Benjamin Ferencz", documentaire de Michaël Prazan diffusé sur France 3 le 2 mars 2015. 

Liens:
- Filmer la guerre: le massacre de Babi Yar.
- le philosémitisme de Chostakovitch.
- Dmitri Chostakovitch - Adagio "Babi Yar" (premier mouvement de la Symphonie n° 13).
- Proposition pédagogique sur le site académique HG de Besançon.
- Les traces enfouies de la Shoah par balles. (Libération)
- Les fusillades massives des juifs en Ukraine 1941-1944. 
- Le Monde: "Les Einsatzruppen nazis en URSS ou les débuts de l'Holocauste."

dimanche 3 mai 2015

297. Thomas Fersen: "Ne pleure plus"

Comment les hommes font-ils face aux catastrophes naturelles? Comment tentent-ils de tirer les enseignements des catastrophes passées?
Nous tenterons de répondre à cette question en nous intéressant à deux exemples:
- la crue, très connue, de la Seine à Paris en 1910;
- celle de la Charente entre Angoulême et Saintes, en 1982....

***************

L'automne 1982 connaît une pluviosité importante (deux fois plus forte que la moyenne saisonnière). Toutefois, les pluies intenses d'octobre et novembre ne font que rétablir le niveau moyen des cours d'eau, sans débordements. Les excédents de pluie commencent en revanche à saturer les terrains calcaires et perméables.
A partir du 5 décembre, un temps doux et pluvieux s'installe. Le 10, une tempête balaie le littoral charentais et s'accompagne de pluies diluviennes. Les précipitations incessantes entraînent une montée rapide du niveau de la Charente. C'est le début de la crue dans tout le bassin du fleuve. A Saintes, les premiers débordements  submergent les prairies basses et menacent les quartiers riverains du cours d'eau. A Angoulême, Jarnac, Cognac et Saintes, la cote d'alerte est atteinte. Rien de catastrophique toutefois, d'autant qu'une accalmie intervient à la mi-décembre, la décrue semble s’amorcer.
Mais la situation se dégrade de nouveau très rapidement. Les ondées des 16 et 17 sur des sols saturés d'eau provoquent en effet une brusque élévation des niveaux des rivières. La crue prend des proportions exceptionnelles aux lendemains d'un nouvel épisode pluvieux, survenu les 19 et 20 décembre.



L'arc de Germanicus se retrouve les "pieds" dans l'eau.





* Saintes sur mer.

La situation de la ville de  Saintes s'avère particulièrement critique, car la Charente - alors dans sa partie aval - reçoit  des débits supplémentaires apportés par les affluents grossis par les pluies. 

Depuis le samedi 11 décembre 1982, la cote d'alerte de 4 mètres est atteinte au niveau du pont Palissy.  La circulation devient impossible sur de nombreuses voies (quai des Roches, route de Courbiac, rue du Pont-Amilion, artères traditionnellement inondées il est vrai). A partir du 15, la situation se détériore, obligeant les pouvoirs publics à mener les premières interventions dans les quartiers inondés: distribution de parpaings et madriers, évacuation des personnes sinistrées. Le 20 décembre, la cote d'alerte de 6 mètres est atteinte. Le quart de la ville, principalement sur la rive droite, se trouve alors sous l'eau. Les coupures d'électricité et de chauffages accélèrent l'évacuation de familles sinistrées. Il devient de plus en plus difficile de se rendre à Saintes. A l'intérieur de la ville, la circulation est devenue presque impossible. L'avenue Gambetta - une des deux artères principales de la ville - devenu impraticable, il faut construire d'urgence une passerelle au dessus de la chaussée inondée. La communication entre les deux rives ne tient plus qu'au pont de Saintonge. La cote maximale atteint 6,99m au pont Palissy.
La décrue salvatrice n'intervint que le 24 décembre à 16 heures.



* Déclenchement du plan ORSEC.

Michel Crépeau, ministre de Environnement, accompagné de Jacques Monestier, préfet de Charente-Maritime, survolent la Saintonge et constatent que la crue prend une allure de catastrophe. Des villages se retrouvent cernés de toute part, isolés. Les quartiers urbains riverains du fleuve se trouvent inondés. Les appels de détresse convergent en très grand nombre vers des centres de secours totalement dépassés. La situation conduit donc les autorités à déclencher le plan ORSEC dans les deux départements charentais. Ce plan, institué en 1952, sonne l'alerte générale et permet de mettre à disposition et d'organiser des moyens de secours exceptionnels en hommes et en matériels. Un état-major de crise, dirigé par chaque préfet, réunit  les responsables des services publics de chaque département: DDE, DDA, DDASS, gaz, électricité, télécommunication, protection civile, police, gendarmerie, armée. Pour appliquer les décisions prises, des postes de commandement (1) s'installent dans les préfectures et les principales villes sinistrées.
 Les opérations sur le terrain mobilisent sapeurs-pompiers, plongeurs et matériels spécialisés. Elles sont organisées sur place par les commandants  des centres de secours. Un PC  opérationnel très important est installé à Saintes sur le stade Yvon Chevalier. A partir du 21 décembre, des renforts importants sont envoyés par les postes de secours de dix autres départements. L'action de l'armée s'intensifie également dans le cadre du plan ORSEC. Avec la décrue, ce sont les équipes d'assainissement et de nettoyages qui entrent en action. En Charente-Maritime, le plan ORSEC n'est levé que le 4 janvier 1983.

* conséquences directes.
Cette crue de la Charente se caractérise par son intensité et sa durée. Pendant plus d'un mois à Saintes, du 6 décembre 1982 au 24 janvier 1983, infrastructures et biens matériels furent mis à rude épreuve. Les dommages furent donc conséquents: maisons inondées, activités économiques paralysées, réseaux de transport et d'approvisionnement (eau, électricité) malmenés.
En débit de quelques troubles psychologiques et maladies liées à l'humidité, le bilan humain s'avère en revanche bien plus léger. La lenteur de l'écoulement du fleuve, associé à une gestion de crise efficace, permirent d'éviter tout décès direct au cours de l'épisode. décès direct.
Comment expliquer l'importance de cette catastrophe "naturelle"?



Le pont Bernard Palissy à Saintes, décembre 1982. © Jacques Hugues - Archives EPTB Charente

  

* Les facteurs d'aggravation du risque.

Les caractéristiques du bassin versant de la Charente se révèlent propices aux risques d'inondations. Dans ce bassin très plat et de faible altitude, la pente s'avère très faible, voire nulle. La capacité d'écoulement réduite du fleuve conduit à de fréquents débordements lorsque le débit augmente. Le bassin majeur, plutôt large, souvent occupé de prairies inondables, se rétrécit brusquement au niveau de Saintes. Cette particularité fait de l'agglomération un redoutable verrou hydraulique, très vulnérable aux risques d'inondation. La surface de la zone inondable atteint 135 ha dans la ville, menaçant directement près de 500 habitations.
Les crues de la Charente interviennent au cours de la période hivernale en raison des fortes précipitations océaniques qui s'abattent alors sur la région. A la différences des inondations brutales et soudaines que connaît le quart sud-est de la France, il s'agit ici de crues provoquées par une pluviosité longue (crues à cinétique longue). L'eau monte lentement et l'onde de crue s'y étale dans le temps (48 heures pour arriver de Cognac à Saintes, seulement distantes de 28 km). En se propageant vers l'aval, elle est aggravée à la fois par la persistance  des pluies et par les crues des affluents aval. Au niveau de Saintes, la présence d'un large lit majeur entraîne des débordements du fleuve sur de vastes surfaces, d'autant plus que la faiblesse de la pente empêche l'évacuation rapide des eaux. Dans ces conditions, les durées de submersion se caractérisent par leur longueur (un mois en 1982!). Rappelons en outre l'existence d'autres facteurs favorisant l'apparition des crues: remontée de la marée dans la partie aval, l'encombrement du lit mineur en raison d'un entretien insuffisant et par la présence d'ouvrages vétustes ou mal dimensionnés, enfin l'occupation abusive du lit par certains aménagements.



La Charente en crue à Saintes. L'abbaye aux Dames se devine à l'arrière-plan. 

Au titre de l'aggravation du risque, il convient en outre de rappeler le rôle de l'urbanisation du lit majeur du fleuve au XIX ème siècle. Jusque là, les populations, habituées à vivre avec l'aléa s'installent presque exclusivement sur la rive gauche. Tout change avec l'industrialisation et l'arrivée du chemin de fer. L'agglomération s'étend désormais sur la rive droite, dans le lit majeur du fleuve. Cet étalement urbain s'est accompagné d'aménagements peu judicieux, qui contribuèrent à l'amplification de la vulnérabilité au risque d'inondation:



1. Le comblement d'un bras naturel de la Charente appelé Petit Rosne. Dès lors, l'intégralité du débit du fleuve doit transiter par le bras principal du fleuve, ce qui pose problème en cas de crue. 
2. Avec ses arcs bas et ses piles massives, le Pont Palissy se caractérise par sa relative étroitesse. Il constitue un véritable verrou hydraulique ne permettant pas l'évacuation rapide des eaux. 
3. De nombreux remblais sont venus amputer le lit majeur du fleuve lors des aménagements successifs: la construction d'un viaduc de chemin de fer ("le pont de Diconche"), du Pont de Saintonge, la création du jardin public et de la place Bassompierre au cœur de l'agglomération.
Or, il apparaît désormais bien difficile, voire impossible, faire machine arrière en supprimant ces aménagements.



Evolution paysage urbain à Saintes. [Source: projet d’action éducative du collège Agrippa d’Aubigné.] L’inondation demeure un risque naturel, bien connu. Cependant, le territoire s’artificialise : l’homme aménage des espaces jusqu’ici réservés au fleuve, il modifie le paysage et bouleverse certains équilibres. Le risque augmente d’autant plus que les enjeux (les biens, les personnes…) se multiplient au sein des zones inondables...


D'autres facteurs, exogènes cette fois, sont à prendre en compte dans l'aggravation de l'aléa à Saintes. En aval de la ville, l'édification dans les années 1960 du barrage de Saint-Savinien est à l'origine de l'apparition d'un bouchon vaseux obstruant le lit mineur et occasionnant une surélévation de la ligne d'eau en amont. Comme ailleurs, la modification de l'occupation des sols a aussi contribué à l'imperméabilisation des sols du fait de la densification du tissu urbain et du bétonnage massif. Dans le domaine agricole, les surfaces vouées à la céréaliculture ne cessent d'augmenter au détriment des cultures fourragères. Ces espaces toujours en herbes jouent pourtant le rôle de ralentisseur de crue.



Repère de la crue de 1982 près du pont Palissy à Saintes.




* Gestion du risque.


Pour mieux lutter contre une catastrophe naturelle et réduire les enjeux, il faut connaître le phénomène et se souvenir des graves crises passées. Par conséquent, la politique de gestion du risque se fonde sur une bonne connaissance de l'aléa. Afin de mieux lutter contre les graves inondations, les autorités se sont dotées de Plan de Prévention des Risques d’Inondation (PPRI). Élaboré par le Préfet, le PPRI réglemente l’urbanisme dans les zones inondables. Il prévoit des règles d'utilisation et d'occupation du sol selon une carte d'exposition au risque d’inondation établie grâce aux études des scientifiques et ingénieurs.

- Le Plan Local d’Urbanisme (PLU) élaboré par le maire régit le droit à construire sur la commune. Il peut empêcher l’urbanisation des terrains inondables en s’appuyant a minima
sur le PPRI lorsqu’il existe.




L'aléa est un phénomène naturel dangereux comme une inondation, un tsunami... On appelle enjeux (ou vulnérabilités) les personnes, biens, équipements et/ou environnement susceptibles de subir les conséquences de l'aléa. Le risque résulte de la confrontation d'un aléa et d'une zone géographique où il existe des enjeux. Donc aléa x enjeu = risque.





Modérer le phénomène d'inondation. 

A. En ralentissant les écoulements en amont des villes. De "petits freins diffus sur le territoire" doivent permettre d'atténuer l'onde de crue en amont du bassin versant. Plusieurs aménagements sont envisageables: plantations de haies, stricte limitation des espaces bitumés pour limiter les flux d'eau, réduction du drainage afin de préserver les zones humides; restauration des freins naturels des cours d'eau. Dans cette optique, et afin de tirer tous les enseignements de la grande crue de 1982, de nombreux espaces restent inconstructibles au cœur même de la ville de Saintes. Ainsi, à quelques encablures du centre-ville, la prairie de la Pallue s'étend sur 122 ha, en bordure de Charente. Composé de prairies naturelles en partie inondable, de roselières et d'un plan d'eau, cet espace est intégré au réseau Natura 2000. Crée après la crue centennale, le canal de Lucérat  déleste la Charente de son trop plein d'eau et alimente un plan d'eau aménagé sur la zone de la Palue. Cette création fait ainsi office de zone de sur-stockage en cas de fortes inondations. L'étang accroît la rétention d'eau dans des zones inhabitées du lit majeur.

B.  La réalisation de travaux de protection.

Faciliter l’écoulement du fleuve, dans les noyaux urbains sensibles aux obstacles.
Exemples pour l’agglomération de Saintes
• Retirer les sédiments qui se sont accumulés dans la Charente
au niveau du barrage de Saint-Savinien.
• Faciliter l’écoulement de la crue au droit de certains franchissements
routiers, qui provoquent des sur-inondations à Saintes.



 Vigicrues est un site internet [ vigicrues.gouv.fr ] alimenté par les services de l’État qui affiche des cartes et des bulletins de vigilance crue par tronçon hydrographique, pour des prévisions à échéance 24 h. Exemple avec la station du Pont-Palissy à Saintes.



* Mieux prévoir et anticiper.

"Gérer le risque d’inondation demande de pouvoir anticiper l’évènement, pour installer par exemple des dispositifs de protection temporaires, pour rehausser le mobilier ou pour déployer le plan de gestion de crise. " Le domaine de la prévision des inondations a connu des progrès majeurs ces dernières années. Ainsi, « Vigicrues » est un site internet qui affiche  des cartes et des bulletins de vigilance crue par tronçon hydrographique, toutes les 24 heures. De même, les préfectures peuvent diffuser les messages d'alerte et de consignes à destination de la population par le biais de radios locales conventionnées…



 La prévention passe donc par l’information et l’éducation des populations par: l’élaboration d’expositions; l’installation de plaques-repères pour se souvenir des catastrophes passées; l’établissement par les mairies d'un Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM), permettant de recenser les risques dans la commune et les mesures de prévention prises.

Au fil des siècles, chroniqueurs et historiens  se font écho des caprices des fleuves. La chanson n'est bien sûr pas en reste. Si à notre connaissance, aucun morceau n'évoque directement les débordements de la Charente en 1982 (mis à part ce titre très très [trop] cagouillard). Plusieurs morceaux s'inspirent en revanche des inondations de la Seine. Par son ampleur et les bouleversements considérables qu'elle engendre, la crue de 1910 demeure gravée dans les mémoires. La presse illustrée et la carte postale - alors à son apogée - les actualités cinématographiques, ont contribué à une prolifération d'images; elles font de l'événement une des catastrophes les plus médiatisées. .  

Carte postale: Crue de la Seine à Paris en 1910.

Des inondations majeures, Paris en a connu au cours de son histoire. La plus mémorable reste toutefois celle de 1910.  Après un été humide, les terres sont gorgées d'eau. La crue en tant que telle s'explique par à la mi-janvier à des cause les pluies diluviennes qui s'abattent sur les bassins d'alimentation de la Seine à compter de la mi-janvier. Du 21 au 28 janvier 1910, l'agglomération parisienne subit une crue d'une ampleur exceptionnelle. Très vite, le centre de la capitale est inondé. L'eau s'engouffre dans les bouches du nouveau métro.Le 28, la crue atteint son apogée: 8,62 m au pont d'Austerlitz. Le zouave du pont de l'Alma voit l'eau monter jusqu'à ses épaules. Des dizaines d'artères, une douzaine d'arrondissements (473 ha dans la capitale) et de nombreuses banlieues sont sous l'eau. Les conséquences immédiates de la crue sont considérables. Les transports en commun ne fonctionnent plus. Tramway et métro sont paralysés, les gares parisiennes bloquées. Seuls les omnibus hippomobiles (les fameux "moteurs à crottin") tentent, vaille que vaille, de circuler. La ville se paralyse progressivement. Gaz et électricité sont coupés, en raison de l'inondation des usines qui fournissent la capitale en énergie. Dans les rues, les becs de gaz rendent l'âme, tandis que les horloges publiques s'arrêtent.La capitale semble désormais comme hors du temps, replongeant dans les tréfonds de son histoire. Les usines d'incinération ne fonctionnent plus; les ordures sont jetées dans le Seine au  grand dam des communes en aval.
Emmanuelle Toulet, responsable de la bibliothèque historique de Paris rappelle: "Ses réseaux de transport, ses moyens de communication et de ravitaillement, son éclairage public... Tout ce qui sa fierté est désorganisé. L'eau se propage en surface, débordant sur les quais avant de gagner les rue. Elle circule également en sous-sol, empruntant les galeries souterraines, les tunnels du métro en construction (...) La ville est tout à la fois atteinte dans sa modernité... et victime de sa modernité."

Le préfet de police de Paris, Louis Lépine, le président Fallières, le chef du gouvernement, Aristide Briand, se rendent auprès des sinistrés.


Les activités économiques tournent au ralenti ou s'arrêtent temporairement. Envahies par les eaux, les usines se paralysent et les ouvriers doivent chômer (100 000 personnes sont privées d'emploi en raison de la crue).
 Pour se prémunir d'une crue majeure, les autorités se sont employées à multiplier les postes d'observations, à rehausser les quais et à procéder au curetage du fleuve. L'ampleur des débordements de la Seine en 1910 rend toutefois ces précautions bien vaines. Les élus, qui jouent leur avenir dans cette gestion de crise, se rendent auprès des sinistrés. L'armée est appelée en renfort, tandis que les matelots de la Royale assurent les déplacements des députés.
La décrue s'amorce enfin le 29 janvier, mais il faudra des semaines pour que la vie retrouve son cours normal. Le bilan matériel s'avère très lourd: 20 000 immeubles inondés, soit le quart des habitations que compte alors Paris, 200 000 Parisiens sinistrés. Au total, les dégâts seront estimés à 400 millions de francs-or, soit environ 1 milliard d'euros.

L'inondation de Paris. Le Monde magazine du 9 janvier 2010, p43



La montée des eaux fait la une des grands quotidiens. Les images du désastre franchissent les frontières et suscitent un grand élan de générosité.  En dépit des dégâts matériels considérables, Le bilan humain de la catastrophe reste mesuré. On ne compte qu'un mort dans Paris et une trentaine en banlieue.Si la mémoire de l'inondation ne s'est jamais éteinte, c'est aussi en raison de la médiatisation sans précédent dont elle a fait l'objet. Ainsi, d'innombrables photographies d'actualité sont prises pour faire la une de la presse illustrée alors en plein essor, mais aussi par des photographes mandatés par le service de l'identité judiciaire de la préfecture de police ou enfin par des photographes amateurs. Paris-Venise inspire aussi les peintres, les pionniers du cinématographe, les dessinateurs, les affichistes, les chansonniers. 
Comme le laissent deviner les cartes postales éditées pour l'occasion (5000 au total!), les Parisiens se pressent à l'inondation comme au théâtre. Pour certains, la catastrophe se transforme même en aubaine comme le suggère la lecture d'un article de Guillaume Apollinaire paru dans Paris-Journal du 28 janvier 1910:"Avenue Montaigne on a organisé des promenades de plaisance en barque. Pour deux sous, on passe aux pieds des hôtels les plus cossus et des photographes prennent de vous un portrait d'inondé pour la somme de 50 centimes."



Comme dans le cas de Saintes en 1982, il s'agit de ce que les experts nomment une "crue centennale". Un événement exceptionnel, qui a une chance sur cent de se produire chaque année. La question n'est pas de savoir si une nouvelle crue peut revenir à Paris, mais quand? Les risques restent énormes puisque cinq cents communes sont directement menacées. Si une crue d'une ampleur comparable survient, ce sont 1,5 M de Franciliens qui auraient les pieds dans l'eau, sans lumière, sans chauffage, sans eau potable et bien sûr sans transport.  
Or, compte tenu de la forte urbanisation de la banlieue, le risque s'est accru depuis 1910. En raison de la forte artificialisation et imperméabilisation des sols, la Seine ne pourrait plus aujourd'hui se répandre dans les champs.
Il convient toutefois de ne pas noircir le tableau à l'excès. Nous l'avons vu précédemment, les moyens de prévision se sont considérablement perfectionnés; des mesures ont été prises, dont les plans de prévention du risque inondation ou le plan de de secours spécialisé inondation (PSSI). En outre, l'urbanisation tient compte, la plupart du temps, des risques d'inondation. (2) Les digues le long du fleuve sont rehaussées, mais pas suffisamment pour contenir une crue de 8 mètres.
 Afin d'amortir les conséquences d'une nouvelle crue centennale dans la capitale, 4 gros lacs réservoir ont été installés en amont de Paris. Aujourd'hui, 2 millions de foyers seraient dans le noir. De multiples difficultés se posent pour lutter efficacement contre de telles crues: une sélection des artères permettant de ravitailler la capitale, évacuation de la population ou des trésors de musées. L'enjeu est de taille car, de nos jours, la facture probable d'une crue comparable à celle de 1910 serait vertigineuse (10 milliards d'euros selon les estimations). Une chose est sûre, il est impossible aujourd'hui d'empêcher de telles inondations... 

  








Thomas Fersen:"Ne pleure plus"
La Seine est en crue,
La Seine est dans la rue.
Les berges sont noyées
Et les arbres ont rouillé.
La Seine est dans la rue,
L'océan ne boit plus,
Les oiseaux se sont tus.

On t'a jeté du sable,
Un voyou t'a voulu
Une peine inconsolable
Dont tes yeux sont l'issue
Et ta première larme,
Le caniveau l'a bue.
Ça n'était qu'une larme,
Ça n'était qu'un début
Car la Seine est en crue.
La Seine est dans la rue,
L'océan ne boit plus
Et le Zouave éternue.

Pont Alexandre III,
Les lions sont aux abois,
Les chats sont sur les toits
Et les poissons chez moi.
Des pigeons, confondus,
Croient que l'heure a sonné.
Sur une branche de salut,
Ils attendent Noé.
Ne pleure plus, ne pleure plus.
La Seine est dans la rue,
On n'avait jamais vu
Autant d'eau épandue.

Un blanc sec sur le zinc
Vaut mille wassingues
Pour, toute peine bue,
En essuyer la crue.
Mais toi, tu n'as pas soif.
Tu remplis les carafes
Et, les carafes pleines,
Tu remplis les fontaines.
Les miroirs ont ce charme:
Ils multiplient les choses.
Se reflétant, tes larmes
Redoublent et arrosent.

Ne pleure plus!

Un saule au bord de l'eau
Pleure de tristes rameaux.
Les rameaux c'est discret,
Toi tu pleures des forêts
Où revivent ces brocarts
Qui t'invitent à tuer



Le zouave du pont de l'Alma. Initialement, 4 sculptures représentant des troupes engagées lors de la guerre de Crimée, ornaient l'édifice. Lors de sa reconstruction, entre 1969 et 1973, seul le zouave fut conservé. La statue sert d'indicateur des hautes eaux de la Seine.

Glossaire:
Bassin versant: Territoire à l'intérieur duquel toutes les eaux de surface s'écoulent vers un même point, appelé "exutoire". Il peut s'agir de l'embouchure d'un fleuve par exemple.



Notes:

1. Dans ces PC ORSEC travaillent en permanence une trentaine de personnes qui apportent leur concours aux responsables des services publics et aux conseillers techniques qui anlysent les besoins, les évaluent, puis formulent les demandes dans le cadre du plan ORSEC.
2. A Alfortville pourtant, on continue à bâtir en zone inondable, mais à conditions que les rez-de-chaussée soient des duplex avec un étage refuge. 



Sources:

- Rapport de présentation de la cartographie du risque d’inondation de la Charente sur le secteur de Saintes – Cognac – Angoulême (pdf).

- Analyse des enjeux et de la vulnérabilité au risque d'inondation du fleuve Charente : l'exemple de Saintes (PDF).

- Panneaux de l'exposition "1982: la crue du siècle"

- Christian Genet:"Les deux Charentes. Inondation, 1982. La crue du siècle", La Caillerie.
- "Paris sous les eaux", in Le Monde magazine, 9 janvier 2010.
- "Paris inondé 1910" (PDF), dossier de presse de l'exposition organisée par la bibliothèque historique de la ville de Paris.
- Archives de France:" L'inondation de Paris, janvier 1910."






Liens:

- Des photos de Jean-Pierre Maffre de la crue de 1982.
- bdhi.fr: rapport sur la crue de la Charente.


- Bienvenue à Saintes sur mer. Quelques photos prises lors de la crue de février 2014.
- Dossier crue de 1910 par la DRIEE.
- Histoire par l'Image: "Souvenir des inondations de Paris 1910."
- Libération: "Paris: une crue et c'est cuit.
- Crue du siècle: l'inévitable rendez-vous.
- Il y a cent ans: "26 janvier 1910: L'au monte, Paris barbote."
http://hydrologie.org/PHO/Petit_Journal/Petit_Journal.htm