vendredi 25 avril 2008

21. Altahualpa Yupanqui:"Campesino".


Altahualpa Yupanqui.

Quechua par son père, basque par sa mère, Hector Roberto Chavero adopte vite le nom du dernier empereur inca Altahualpa Yupanqui, afin de marquer son attachement aux civilisations indiennes broyées par les conquistadors espagnols. Sa vocation de poète du peuple s'affirme lors de la longue errance qu'il entreprend à 20 ans à travers l'Argentine. Il y collecte la poésie chantée des civilisations amérindiennes, qui inspireront ses propres créations. Campesino, Punay, Soy Libre, Ya Basta, La del campo, Duerme Negrito...

Yupanqui utilise le folklore argentin (milonga, zamba, vidala) dans ses compositions où l'histoire des hommes est liée à la terre nourricière. Ici, il décrit avec poéie le rude quotidien des paysans, qui travaillent la terre du matin au soir.

La version originale de Yupanqui:



Ci-dessus une très belle reprise de la chanson de Yupanqui interprétée par le groupe Tue Loup.


L'album accoustique de Tue Loup sur lequel se trouve la reprise de Campesino.

Campesino

" Quand tu t'en iras aux champs /
ne t'écarte pas du chemin /
ne marche pas sur le sommeil /
des ancêtres endormis /
Paysan, paysan, je chante pour toi, paysan!

Les uns sont terre menue /
d'autres la racine du froment /
d'autres pierres répandues /
au fil de la rivière /
Paysan, paysan, je chante pour toi, paysan!

si souvent oui si souvent /
bien au delà du semis /
dans la forge des soirées /
ils sont allés atténuer leur rage /
Paysan, paysan, je chante pour toi, paysan!

oh sainte mission de l'homme /
neige soleil renoncement /
mourir à semer la vie /
vivre, bien tremper son cri /
Paysan, paysan, je chante pour toi, paysan!

Quand tu t'en iras aux champs /
ne t'écarte pas du chemin /
ne marche pas sur le sommeil /
des ancêtres endormis /
Paysan, paysan, je chante pour toi, paysan!


CAMPESINO
Canción
(Atahualpa Yupanqui)

Cuando vayas á los campos,
no te apartes del camino,
que puedes pisar el sueño
de los abuelos dormidos.
Campesino, campesino.
¡Por ti canto, Campesino!

Unos, son tierra menuda.
Otras, la raíz del trigo.
Otros son piedras dispersas
en la orillita del río.
Campesino, Campesino.
¡Por ti canto, Campesino!

Cuántas veces, cuántas veces,
más allá del sembradío,
en la fragua de las tardes
fueron á templar sus gritos
Campesino, Campesino.
¡Por ti canto, Campesino!

Sagrado misión del hombre:
nieve, sol y sacrificio.
Morir sembrando la vida.
Vivir, templando su grito.
Campesino, Campesino,
Par ti canto, ¡Campesino!

Cuando vayas á los campos,
no te apartes del camino,
que puedes pisar el sueño
de los abuelos dormidos.
Nunca muertos, ¡sí dormidos ¡
Nunca muertos, ¡si dormidos!

Campesino, Campesino

Chapitre de géo: unité et diversité des sud.

Aucun commentaire: