mercredi 30 avril 2008

26. I AM:"Le soldat".


Le groupe I am



Avec ce titre tiré de l'album "Ombre et lumière", le célèbre groupe de rap marseillais I am décrit le sinistre quotidien du soldat en tant de guerre:


- la peur de mourir ("j'avais si peur de mourir, d'être blessé et pourir.");

- la brutalisation des esprits;

- les armes sans cesse plus meurtrières qui sèment la mort; une mort anonyme comme celle donné à l'adversaire que l'on ne voit pas ("Connaître leurs visages?Ne t'en soucie pas");

- l'absurdité des combats

http://www.vaucanson.org/hist_geo/accueil/images/stories/rivaud/massacre_oradour_sur_glane.jpg

Les ruines d'Oradour sur Glane, après le passage de la 2e division SS Das Reich, le 10 juin 1944. On dénombrera 642 morts (femmes et enfants furent brulés dans l'église du village, les hommes fusillés dans des granges).

I am adopte ici le point de vue du soldat qui narre ce qu'il voit autour de lui, ce qui confère plus de force au témoignage. Il est ici impossible d'identifier un conflit en particulier, mais les scènes décrites sont en tout cas communes à la plupart des guerres, notamment les massacres de civils (quelques exemples célèbres: les milliers de villages russes et leurs habitants rayés de la carte lors de l'invasion de l'URSS par l'Allemagne nazie en 1941; le massacre d'Oradour sur Glane en Limousin le 10 juin 1944 par une division SS; le bombardement du village tunisien de Sakiet par l'aviation française le 8 février 1958 en pleine guerre d'Algérie, la tuerie de My Lai perpétrée par des soldats américains le 16 mars 1968, au cours de la guerre du Vietnam ....)

10H37, les opérations commencent
ma compagnie est fin prête et les missiles s'élancent.
Sur la colline d'en face les canons crachent des feux de l'enfer.
Obéissant aux galons,
combien d'amis sont partis, combien d'amis restent enfermés dans
un asile. Opérationnel sur le terrain. Peste soit avec leurs sourires qui
me tuent tous les jours.Les hélicos me rendent fous, les hommes courent
afin de fuir la mort qui fauchent les corps, elle coche.La vie est impôt vers
la fin est moche c'est une quinte floche.Même dans mes pires cauchemards
ce n'était pas si sordide: un fratricide légitime impuni.Ce n'est qu'un
jeu macabre dans un champ de plaques de marbre où les plus fiers se
retirent pour aller mourir sous un arbre. Les horreurs du combat en tout
cas m'ont vite appris la raison pour laquelle ceux qui sont morts sourient.
Les obus pleuvent autour coupant les arbres à chaque impact, clac,
seulement pour mutiler. Est-ce bien utile? Et futile est mon rôle: dans
la mêlée, la clameur comme mille balles me frôlent.(En)Fait non:c'est pour
de bon le front.Nos officiers tuent de sang froid ceux qui de nous se cachent
et courent à reculons.

Connaître leurs visages?Ne t'en soucie pas,
c'est une simple histoire de soldat
c'est une simple histoire de soldat

10H50, les combats font rage, l'orée du bois est couleur pourpre
et jonchée de cadavres. Quand je pense à la nuit dernière sans
étoiles où les balles traçantes tissaient leur toile léthale...j'avais
si peur de mourir, d'être blessé et pourir.La peur me tétanise
et j'ai trop de mal à me nourrir.Ceux d'en face ont peut-être le
même âge que moi. Ils ont une mère qui sera inconsolable s'ils
n'en reviennent pas et qui sait, ils auraient pu être mes amis?
Chaque fois que j'en vois un sans vie, je vomis...C'est fou ce
qu'on peut penser quand on est sûr d'y passer.Chassé-croisé
dans un fossé creusé tout prêt à enterrer.Regarde autour:
l'Horreur est l'invitée aujourd'hui, assistée dans son oeuvre noire
de Dame Folie.

Connaître mon visage?Ne t'en soucie pas,
c'est une simple histoire de soldat
c'est une simple histoire de soldat

11H50, tout en haut de la colline, je n'arrive pas à croire que
l'ascension fut si facile. La résistance adverse fut faible. Notre
colonel se vante d'avoir fondu comme un aigle sur l'objectif
qu'on nous ordonne d'inspecter et de bien être attentif afin
de prendre des prisonniers.Quand j'arrive sur les lieux, tout
n'est que cendre et poussière, les gradés félicitent et sont
tout fiers. Les bâtisses ne présentent aucun aspect hostile...
Mon Dieu! On a massacré des civils! Je cours au milieu des
corps des familles décimés:des tas de gens paisibles que la guerre
a tué. Nos généraux, nos colonels en ont pas perdu le sourire. A
croire qu'ils le savaient. Mon âme me dis"Tire dans le tas"
Tous ces meurtres pour une raison unique: prendre la colline, un
endroit stratégique. Le drame est intèrieur. Depuis ce jour là
j'attends. J'ai perdu mon humanité ce beau matin de printemps.

En vérité je n'ai jamais su pourquoi je me bats
c'est une simple histoire de soldat




Le massacre de My Lai

Enfin, petite énigme, reconnaîtrez-vous l'échantillon sonore utilisé par I AM sur ce titre? Petit indice, ce sample est emprunté à un très grand jazzman, souvent en colère...

Si vous avez la réponse, donnez la commentaire.

Voici la réponse à l'énigme. Il s'agissait d'un titre de Charles Mingus "Moanin'" (voir titre n° 19 de l'histgeobox).



6 commentaires:

M.AUGRIS a dit…

Je ne vois pas pour le sample.
J'ai encore des progrès à faire.

J. Blottiere a dit…

Nouvel indice:

Son tempérament excentrique et souvent effrayant est presque aussi connu que sa musique. Son refus de compromettre son intégrité artistique et un certain nombre d'expériences traumatisantes liées au racisme ont provoqué de nombreuses éruptions de colère sur scène et ailleurs (cf Wikipédia).

Une de ses oeuvres les plus célèbres dénonce l'attitude bornée d'un tenant de la ségrégation scolaire.

Courage...

M.AUGRIS a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
M.AUGRIS a dit…

Je n'aurais pas trouvé !
Merci pour la réponse.

Anonyme a dit…

Un trés trés gro morceau de la part de akh,une page entiere dans l'histoire du rap francais....
Un des meilleurs morceau du rap francais d'ailleurs sans hésitation.
Cest pas un morceau dailleurs cest un vrai film
On est en 2009 et ce son me fout toujours autant de frisson,par ces images et son ambiance.
A tous les gens qui méprise le rap et qui ne sortent jamais de leurs cocon écouter ce titre et vous sentirez peut etre un frisson de peur et de reflexion et imaginerez peut etre aussi le quotidien de ces soldats pour qui la vie est un jeu d'échec et la raison pour laquel ceux qui sont morts sourient.
Chapeau Mr Akh ta été trés loin

Anonyme a dit…

Le très célèbre Charles Mingus,où il se considère vis a vis des blancs, dans son autobiographie, comme "Moins qu'un chien"