dimanche 27 avril 2008

23. John Coltrane:"Alabama".

John William Coltrane était un célèbre saxophoniste de jazz et compositeur américain, ( 1926-1967). Après Charlie Parker, il est considéré comme le saxophoniste le plus révolutionnaire et influent du jazz, chef de file incontesté du courant avant-gardiste des années 1960.
Coltrane en 1963 [Wikimedia Commons]
Coltrane envisage sa musique comme une quête spirituelle. Sur le plan technique, il explore de nouvelles sonorités, de nouveaux timbres. Ses compositions s'étirent souvent en de longues improvisations, presque toujours inspirées.

Sa quête spirituelle n'empêche pas Coltrane de réagir aux attentats racistes récurrents qui endeuillent les familles noires du sud des Etats-Unis. Le 15 septembre 1963, quatre fillettes noires sont tuées dans l'explosion d'une bombe dans l'église baptiste de la 16ème rue de Birmingham. Deux mois plus tard, Coltrane enregistre Alabama en hommage aux fillettes assassinées. Une pièce lente et envoûtante sur laquelle semble planer l'esprit des quatre fillettes.

La ville de Birmingham, capitale économique de l'Alabama et ville la plus peuplée de l'état, intéresse très tôt les mouvements pour les droits civiques, à commencer par la SCLC de Martin Luther King. En effet, cette ville constitue une citadelle de la ségrégation où les relations entre Blancs et Noirs s'avèrent particulièrement tendues.
Les églises, les maisons des manifestants pour les droits civiques explosent la nuit, mais la police ne fait rien ou feint de ne jamais retrouver les poseurs de bombes qui agissent donc en toute impunité. Cette sinistre spécialité vaut à la ville le surnom de Bombingham.


Tous ces éléments poussent Martin Luther King et Fred Shuttlesworth, un pasteur de Birmingham, à mener une opération d'envergure dans la ville. Ce projet C (comme "confrontation") entend mettre à jour la violence de la police locale, en particulier celle de son chef "Bull" O'Connor, adepte de la manière forte face aux manifestations pacifiques et hostile à toute remise en question de la ségrégation dans le Sud des Etats-Unis.
Martin Luther King souhaite médiatiser l'opération. C'est une réussite, dans la mesure où les manifestants des droits civiques sont agressés par des chiens dressés pour attaquer, renversés par les jets d'eau à très forte pression qui sortent des lances des pompiers. Dans le cortège, les enfants et adolescents sont très nombreux, ce qui ne modère en rien la répression policière. Les images d'enfants mordus par les chiens policiers font le tour du monde et obligent Washington à réagir. Au cours des manifestations, près de 3000 manifestants sont arrêtés dont Luther King. En prison, il rédigera sa fameuse "lettre de la prison de Birmingham".


Les pompiers utilisent leurs lances à eau (pression de 50 kg par centimètre carré!!!) face au manifestants non-violents.

2 commentaires:

meneghello.sarah a dit…

Bravo pour cette info.
Pour les amateurs de Coltrane, je vous conseille un spectacle théâtre et jazz de la compagnie Ultima Chamada qui lui rend hommage et traite cette question des droits civique des noirs américains dans les années soixante : "A Love Supreme" est repris pour 12 représentations exceptionnelles au Grand Parquet du 7 au 24 janvier 2010 (après le succès de sa création dans le cadre de Jazz à la Villette en 2006).

Gipéhel a dit…

Bientôt 50 ans que ce triste événement s'est produit.
Hélas aujourd'hui ça continue ailleurs !
Alabama est pour moi la plus belle composition que Coltrane aie enregistré.
Derrière la colère l'incompréhension et les larmes, une flamme monte au ciel au travers de ce chant sublime !