samedi 12 avril 2008

10. Zebda:"Le bruit et l'odeur".




"Comment voulez-vous que le travailleur français, qui travaille avec sa femme et qui, ensemble, gagnent environ 15000 francs et qui voient sur le même palier, à côté de son HLM, entassée, une famille, avec un père de famille, trois ou quatre épouses et une vingtaine de gosses et qui gagne 50 000 francs de prestations sociales, sans naturellement travailler.Si vous ajoutez à cela le bruit et l'odeur, hé bien, le travailleur français, sur le palier, il devient fou.Et, ce n'est pas être raciste que de dire cela".

Jean Marie Le Pen, Bruno Mégret, Gollnish? Non, c'est ici Jacques Chirac, alors maire de Paris, qui parle, à Orléans, le 20 juin 1991. Cette sortie raciste surprend dans la bouche d'un Chirac généralement plus clair et ferme à l'égard des thématiques favorites du Front National. Tous les préjugés les plus scandaleux sont ici utilisés. Le talentueux groupe toulousain, Zebda, compose alors une chanson qui recycle le discours chiraquien (on peut l'entendre en fin de morceau); la chanson s'intitule d'ailleurs "le bruit et l'odeur".

Groupe engagé et marqué à gauche, Zebda lance un mouvement citoyen qui aboutit à la constitution de listes électorales lors des élections municipales de mars 2001, sous le nom de Motivé-e-s.
Plusieurs autres compositions du groupe fustigent le racisme quotidien et les vexations ordinaires dont sont victimes de nombreux jeunes issus de l'immigration, à l'identité malmenée par ceux qui veulent leur "balancer des ancêtres" (gaulois); jeunesse, souvent reléguée dans des cités ghettos. L'attitude ambigüe de la France est aussi dénoncée: la bravoure et le sacrifice des soldats indigènes mal récompensés (cf: le film Indigènes).



Si le tableau dressé ici s'avère bien noir, hors de question pour autant d'abdiquer. Face à la bêtise ordinaire ("Elle aime Noah / Mais faut qu'y gagne les tournois"), il faut faire entendre quelques vérités essentielles: la France fut reconstruite, entre autres, par des immigrés, alors bienvenus dans le contexte des Trente glorieuses. Zebda joue donc un rôle salutaire de poil à gratter et tente de réveiller la mauvaise conscience d'un pays qui s'autoproclame patrie des droits de l'Homme, mais néglige les droits essentiels d'une partie de sa population.

LE BRUIT ET L'ODEUR
J'suis tombé par terre
C'est pas la faute à Voltaire
Le nez dans le ruisseau
Y avait pas Dolto


Si y'a pas plus d'anges
Dans le ciel et sur la terre
Pourquoi faut-il qu'on crève dans le ghetto

Plutôt que d'être issu d'un peuple qui a trop souffert
J'aime mieux élaborer une thèse
Qui est de pas laisser à ces messieurs
Qui légifèrent, le soin de me balancer
Des ancêtres

On a beau être né
Rive gauche de la Garonne
Converser avec l'accent des cigales
Ils sont pas des kilos dans la cité gasconne
A faire qu'elle ne soit pas qu'une escale

On peut mourir au front
Et faire toutes les guerres
Et beau défendre un si joli drapeau
Il en faut toujours plus
Pourtant y a un hommage à faire
A ceux tombés à Montécassino

Le bruit et l'odeur
Le bruit et l'odeur
Le bruit du marteau-piqueur

La peur est assassine
Alors c'est vrai je pénalise
Ceux qui flinguent les mômes
Qu'ont pas la pelouse en bas
Je suis un rêveur
Et pourtant ami j'analyse
Je suis un érudit et je vous dis:
Je suis serbo-croate et musulman
Voilà le hic
Un prêtre polonais républicain
Et laïque
Et si certains regrettent
De pas être noir de peau
Je n'ai qu'une réponse les gars
Vous avez du pot
L'égalité mes frères
N'existe que dans les rêves
Mais je n'abdique pas pour autant
Si la peur est un bras qui nous soulève
Elle nous décime
J'en ai peur pour la nuit des temps

Elle aime Noah
Mais faut qu'y gagne les tournois
Elle aime Boli mais a jamais rien aboli

Le bruit et l'odeur
Le bruit et l'odeur
Le bruit du marteau-piqueur

Qui a construit cette route?
Qui a bâti cette ville?
Et qui l'habite pas?
A ceux qui se plaignent du bruit
A ceux qui condamnent l'odeur
Je me présente

Je m'appelle Larbi, Mamadou Juan et faites place
Guido, Henri, Chino Ali je ne suis pas de glace
Une voix m'a dit "Marathon" cherche la lumière
D'en bas j'ai puisé un combat "la bonne affaire"

J'en ai bavé de la peur que j'ai lu dans les yeux
De ceux qui ont rien et qui le croient précieux
Quand j'ai compris la loi, j'ai compris ma défaite
Intégrez-vous disait-elle, c'était chose faite

Le bruit et l'odeur
Le bruit et l'odeur
Le bruit du marteau-piqueur
Le bruit et l'odeur
Le bruit et l'odeur
Le bruit du marteau-piqueur

Le bruit du marteau-piqueur dans les oreilles
Tu finis ta vie, dans ta tête bourdonnent les abeilles.

Jacques a dit...


Liens:
- le site officiel du groupe.

7 commentaires:

Camille Desmoulins a dit…

Très bon article! Félicitations-

J. Blottiere a dit…

Merci Camille. Ton blog est vraiment intéressant, je l'ajoute en lien.

J.B.

MIMOLETTE chedard a dit…

merci grâce à toi j'ai eu une super note à mon histoire des art

MIMOLETTE chedard a dit…

merci grâce à toi j'ai eu une super note à mon histoire des art

raoul blottiere a dit…

Tant mieux Mimolette.

Florian a dit…

Je continue de signaler les liens morts au gré de ma visite, manière de contribuer.
https://www.youtube.com/watch?v=Fh2otDHTo68
Il existe aussi un lien vers le clip mais il ne contient pas l'extrait du discours de Chirac.
N'hésitez pas à me signaler si ce travail paraît superflu.

Julien blottiere a dit…

Un très grand merci Florian pour cette contribution précieuse. Je corrige de suite.