mercredi 7 mai 2008

29. Tom Paxton:"Lyndon Johnson told the nation".

Lyndon Johnson décorant des soldats de retour du Vietnam.


« L’escalade américaine » au Vietnam débute en 1964, à la suite d’un incident naval qui oppose deux destroyers américains à la flotte nord-vietnamienne. Les Etats-Unis procèdent à des bombardements massifs sur le nord (sur Hanoi en 1965). Progressivement, les Etats-Unis interviennent aussi à terre. Kennedy lance l’offensive, poursuivie par Johnson. Les effectifs américains ne vont cesser d’augmenter (quelques milliers en 1964, 175 000 en 1965, 500 000 en 1967 !). Le conflit, limité dans un premier temps à une guérilla, prend progressivement l’aspect d’une guerre conventionnelle, qui s’enlise peu à peu. L’utilisation d’armes terribles (napalm, armes chimiques) entraîne de très nombreuses victimes, le plus souvent civiles.


Tom Paxton.

Certains chanteurs prirent ouvertement position contre le conflit.
Dès 1964, le Lyndon Johnson told to the nation de Tom Paxton dénonce l'ambigüité du discours du président américain, à l'origine de l'engagement de son pays dans le conflit.
L'attaque est frontale à un moment où les libéraux ménagent Johnson en raison de sa lutte contre la pauvreté (projet Grande Société). La position de Paxton est en effet encore très minoritaire en 1964. A posteriori, ses commentaires n'en paraissent que plus pertinent.





Habitué du Greenwich Village, Tom Paxton est un brillant guitariste de folk (il ne se mettra jamais au rock et vivra très mal la conversion de Dylan à l'électricité) et une fine plume qu'il trempe dans l'acide afin de dénoncer les travers de la société américaine de l'époque.

I got a letter from L. B. J. / It said this is your lucky day. / It's time to put your khaki trousers on. / Though it may seem very queer / We've got no jobs to give you here / So we are sending you to Viet Nam.

J'ai reçu une lettre de Lyndon Johnson / elle disait que c'était mon jour de chance.
qu'il était temps d'enfiler les pantalons kaki. / Bien que cela puisse paraître très étrange,
nous n'avons pas de boulot pour toi ici / alors nous t'envoyons au Vietnam .

Refrain

Lyndon Johnson told the nation: / "Have no fear of escalation. / I am trying everyone to please. / Though it isn't really war, / We're sending fifty thousand more, / To help save Viet nam from Viet Namese."


Lyndon Johnson a dit au pays: / "ne craignez pas l'escalade.
j'essaie de contenter tout le monde / bien que ce ne soit pas vraiment la guerre
on va en envoyer 50 000 en plus / pour sauver le Vietnam des Vietnamiens"

[...] Refrain [...]

We go round in helicopters, / Like a bunch of big grasshoppers, / Searching for the Viet Cong in vain. / They left a note that they had gone. / They had to get down to Saigon, / Their government positions to maintain.

On nous balade en hélicos, / on joue aux oiseaux pour chercher le Viêt-Cong en vain.
Ils ont laissé un mot en disant qu'ils étaient partis à Saïgon, / défendre leurs positions.

Refrain

Well here I sit in this rice paddy, / Wondering about Big Daddy, / And I know that Lyndon loves me so. / Yet how sadly I remember, / Way back yonder in November, / When he said I'd never have to go.

Je reste assis dans cette rizière, / je pense au père de la Nation, et je sais que Lyndon m'aime.
Mais je me rappelle tristement / quand il a dit en novembre que j'aurais pas à y aller.


Chapitre d'histoire: La confrontation Est-Ouest (1947-1991).

Aucun commentaire: