jeudi 8 mai 2008

30. Dominique Grange:"A bas l'Etat policier".

Gilles Caron: le 6 mai à Paris, dans le quartier de la Sorbonne.

Depuis la fin mars 1968, une profonde remise en question de la société française se fait entendre et va en s’amplifiant. Au cours des premiers jours de mai, C'est l'éclatement des revendications politiques, sociales et culturelles de toute une génération. La révolte embrase le quartier latin.

Dominique Grange (née à Lyon en 1940) est une chanteuse française auteur-compositeur depuis le début des années soixante. Les événements de mai sont une révélation pour la jeune femme qui décide de s’engager avec les mouvements libertaires. Elle fait partie du Comité Révolutionnaire d’Action Culturelle (CRAC) créé par des artistes à la Sorbonne, qui entend mettre la culture au service de la révolution en marche. Elle se met à composer des chansons que lui inspirent les évènements. Si bien, que ses couplets sont entonnés dans les manifestations.


Encore un cliché de Gilles Caron illustrant la violence des CRS.

Sollicitée par les les comités de grève pour soutenir les luttes, elle anime les meetings dans les usines occupées.

Début juin, le mouvement prend fin. Les ouvriers reprennent le travail. Le mouvement étudiant est moribond. Le gouvernement interdit les organisations gauchistes. Une répression importante s'abat sur les organisations d'extrême gauche. C'est alors que Dominique Grange assure l’enregistrement de ses chansons (les chansons ne sont pas signées par crainte de la répression). Les disques sont vendus à prix coûtant hors des circuits commerciaux.



Dominique Grange dénonce ici, la répression aveugle orchestré par l'Etat. Les événements du mai parisien sont replacés dans le contexte plus large de l'agitation estudiantine mondiale ("nous sommes de Paris / De Prague et de Mexico / Et de Berlin à Tokyo").



Aujourd'hui, la chanteuse poursuit son militantisme en faveur des luttes sociales et contre les inégalités. Parallèlement elle est aussi traductrice et scénariste de bande dessinée. Mariée au dessinateur Jacques Tardi, ils ont récemment sorti un disque-bande-dessinée qui reprend ses principaux titres (voir ci dessus et en lien).


A BAS L'ÉTAT POLICIER

Puisque la provocation
Celle qu’on n'a pas dénoncée
Ce fut de nous envoyer
En réponse à nos questions
Vos hommes bien lunettés
Bien casqués bien boucliés
Bien grenadés bien soldés
Nous nous sommes mis à crier
A bas l'état policier
A bas l'état policier
A bas l'état policier

Parce que vous avez posté
Dans les cafés dans les gares
Des hommes aux allures bizarres
Pour ficher pour arrêter
Les Krivine les Joshua
Au nom de je n’sais quelle loi
Et beaucoup d’autres encore
Nous avons crié plus fort

A bas l'état policier
A bas l'état policier
A bas l'état policier

Mais ce n’était pas assez
Pour venir à bout de nous
Dans les facs à la rentrée
Vous frappez un nouveau coup
Face aux barbouzes, aux sportifs
Face à ce dispositif
Nous crions assis par terre
Des Beaux-arts jusqu’à Nanterre

A bas l'état policier
A bas l'état policier
A bas l'état policier

Vous êtes reconnaissables
Vous les flics du monde entier
Les mêmes imperméables
La même mentalité
Mais nous sommes de Paris
De Prague et de Mexico
Et de Berlin à Tokyo
Des millions à vous crier

A bas l'état policier
A bas l'état policier
A bas l'état policier

Liens:
- "N'effacez pas nos traces".
- La page Myspace de Dominique Grange.

Aucun commentaire: