dimanche 18 mai 2008

37. Bob Dylan:"Blowin' in the wind".

Bob Dylan en 1963.


Le jeune Robert Zimmerman naquit à Duluth dans le Minnesota en 1941. Il arrive à New York à la fin de janvier 1961 et se rend directement à Greenwich Village, un quartier bohème où cohabitent chanteurs, artistes et militants politiques. Admirateur du protest singer vagabond Woody Guthrie, il lui rend des visites fréquentes à l'hôpital. Les deux hommes sympathisent et Dylan fait écouter ses premières compositions au vieux maître, dont une chanson hommage Song to Woody.



La pochette de l'album
The Freewheelin'

Impressionné par Dylan, John Hammond Sr lui propose un contrat pour CBS. Après un premier disque confidentiel, Dylan enregistre en janvier 1963 The Freewheelin' Bob Dylan. Suze Rotolo, sa petite amie du moment (c'est elle qui accompagne le chanteur sur la pochette de l'album), sensibilise le jeune homme aux réalités de la vie de l'homme noir, des brutalités de la ségrégation et des mouvements radicaux. Son 33t comprend donc plusieurs chansons socialement engagées.

Sur l'album se trouve ainsi un des plus célèbres protest songs de Dylan, Blowin' in the wind, qui sera repris en choeur par les manifestants antiségrégationnistes du Civil Right Movement. Plusieurs passages du morceau ne trompent pas:"
Combien de routes un homme doit-il parcourir / Avant que vous ne l'appeliez un homme?" ou encore " Oui, et combien d'années doivent exister certains peuples / Avant qu'il leur soit permis d'être libres?".



Certains détracteurs reprochent à Dylan dans ce titre de ne poser que des questions. Certes, mais il pose les bonnes questions et incite l'auditeur à la réflexion. Il pose des questions ouvertes, plutôt que de proposer des réponses fermées. C'est aussi cet aspect qui fait la force du morceau.

La chanson, composée en 1962, est interprétée et enregistrée par le trio Peter Paul and Mary qui font un tube énorme, avant même que la version de Dylan ne soit connue. C'est aussi un des morceaux les plus repris, par les interprètes les plus divers (Joan Baez, Marlène Dietrich, Sam Cooke, Hugues Aufray).



Dylan a beaucoup de détracteurs qui lui reprochent de chanter faux, avec sa voix nasillarde et d'être un piètre guitariste. Tout cela n'est pas tout à fait faux, mais il n'empêche que Dylan est un prodigieux conteur, le plus doué de sa génération et il devient vite une légende vivante pour la jeunesse américaine qui s'identifie à ce jeune révolté (Dylan a 22 ans en 1963). Cette situation ne lui plaît d'ailleurs guère et il cessera bientôt de protester dans ses chansons.

C'est sans doute Joan Baez, qui partage quelques temps la vie de Dylan, qui parle le mieux du personnage:"Il écrit des chansons comme jamais personne n'en avaient écrites avant lui. Bob prime ce que beaucoup de jeunes comme moi ressentent, et ce que nous avons envie de dire sans y réussie comme lui. La plupart des protest songs parlants de la bombe et des préjugés raciaux sont stupides parce qu'ils n'ont aucune beauté. Ceux de Bob sont puissants comme la poésie et la musique même".

Blowin' in the wind (B. Bylan).

How many roads must a man walk down
Before you call him a man?
Yes, 'n' how many seas must a white dove sail
Before she sleeps in the sand?
Yes, 'n' how many times must the cannon balls fly
Before they're forever banned?
The answer, my friend, is blowin' in the wind,
The answer is blowin' in the wind.

Combien de routes un homme doit-il parcourir
Avant que vous ne l'appeliez un homme?
Oui, et combien de mers la blanche colombe doit-elle traverser
Avant de s'endormir sur le sable?
Oui, et combien de fois doivent tonner les canons
Avant d'être interdits pour toujours?
La réponse, mon ami, est soufflée dans le vent,
La réponse est soufflée dans le vent.

How many times must a man look up
Before he can see the sky?
Yes, 'n' how many ears must one man have
Before he can hear people cry?
Yes, 'n' how many deaths will it take till he knows
That too many people have died?
The answer, my friend, is blowin' in the wind,
The answer is blowin' in the wind.

Combien de fois un homme doit-il regarder en l'air
Avant de voir le ciel?
Oui, et combien d'oreilles doit avoir un seul homme
Avant de pouvoir entendre pleurer les gens?
Oui, et combien faut-il de morts pour qu'il comprenne
Que beaucoup trop de gens sont morts?
La réponse, mon ami, est soufflée dans le vent,
La réponse est soufflée dans le vent.

How many years can a mountain exist
Before it's washed to the sea?
Yes, 'n' how many years can some people exist
Before they're allowed to be free?
Yes, 'n' how many times can a man turn his head,
Pretending he just doesn't see?
The answer, my friend, is blowin' in the wind,
The answer is blowin' in the wind.

Combien d'années une montagne peut-elle exister
Avant d'être engloutie par la mer?
Oui, et combien d'années doivent exister certains peuples
Avant qu'il leur soit permis d'être libres?
Oui, et combien de fois un homme peut-il tourner la tête
En prétendant qu'il ne voit rien?
La réponse, mon ami, est soufflée dans le vent,
La réponse est soufflée dans le vent.

1 commentaire:

Monkichi a dit…

« Je n'ai pas grand-chose à dire sur cette chanson sinon que les réponses sont dans le souffle du vent. Elles ne sont pas dans les livres, les films, la télé ou les discussions politiques.

Mec, les gens branchés prétendent me dire où se trouve la vérité, mais je n'y crois pas. Je dis toujours qu'elle est dans le souffle du vent et que, comme une feuille de papier jetée en l'air, elle retombera un jour... Mais le problème en fait, c'est que personne n'attrape la réponse au moment où elle redescend du ciel, si bien qu'il n'y a pas grand-monde qui aille y voir, et savoir... et alors, elle reprend son envol à nouveau. »

— Bob Dylan pour Sing Out!, Anthony Scaduto, Bob Dylan, p. 205

Source : Wikipédia

Même quand il parle, c'est un poète !