mercredi 21 mai 2008

39. George Perkins & The Silver Stars - Cryin' in the streets



Le 4 avril 1968Martin Luther King se trouve sur le balcon du Lorraine Motel de Memphis lorsqu'il reçoit une balle qui lui fracasse la mâchoire avant de lui briser la colonne vertébrale. Il décède à l'hôpital peu après. La nouvelle de sa mort se répand comme une traînée de poudre et provoque l'une des pires explosions de violences que le pays ait jamais connue. Des émeutiers , ivres de colères, descendent dans les rues de plus d'une centaine de villes pour s'y livrer au pillage. Ils brûlent, volent, cassent. Des quartiers entiers de Chicago sont en flamme. Plus de 700 incendies éclatent à Washington. L'armée est mobilisé. Bilan de ces jours de colère: 46 morts, 3000 blessés, 27 000 arrestations.

Le président Johnson décrète le 7 avril jour de deuil national. L'enterrement se déroule à Atlanta le 9. L'épitaphe gravé sur son tombeau est tiré d'un des cantiques favoris du pasteur:"Enfin libre, enfin libre, merci Dieu tout-puissant, je suis enfin libre".
George Perkins et ses silver cats évoquent dans le déchirant "Crying in the street", le désarroi des Afro-américains à l'annonce du décès du dr King. Ce titre est un sublime exemple de deep soul sudiste, profonde et émouvante.

"I hear somebody crying / "J'entends quelqu'un pleurer /
Crying in the streets, / Pleurer dans les rues, /
Why they make that, / Pourquoi faut-il que /
That moanin' cry ?" Quelqu'un pleure et gémisse ainsi?"

Sources:
- N. Bacharan:"Histoire des noirs américains au XXème siècle", éditions Complexe, 1994.
- P. Guralnick: "Sweet soul music", Allia.

Aucun commentaire: