vendredi 27 juin 2008

58. Joe Dassin:'La bande à Bonnot".

Jules Bonnot

L'épopée de la bande à Bonnot ne dure que quelques mois, de décembre 1911 à avril 1912, au cours desquels ce groupe de malfrats hétéroclite multiplie les vols, crimes et autres violences.
L'onde de choc créée par ces actes est énorme et les faits et gestes du groupe passionne l'opinion publique et font couler beaucoup d'encre. En effet, il s'agit des premiers "bandits en auto", qui ont vite saisi tout l'intérêt d'utiliser ce moyen de locomotion encore très rare.

La bande à Bonnot, dont Raymond la Science.

Surtout, ils remettent en question une société figée et conservatrice, traversée de grandes injustices sociales. Certains membres de la bande fréquentent les milieux anarchistes. Par amalgame, les autorités utilisent ces faits divers pour traquer les milieux anarchistes.
Jeunes, démunis, les membres de la bande à Bonnot haïssent cette société d'injustices qui les rejettent. Lecteurs rapides des nihiliste russes et admirateurs de Ravachol, ils estiment être dans leur bon droit en reprenant des biens qui devraient appartenir à la communauté des travailleurs et non à ceux qui les exploitent.

Cet illégalisme est inscrit dans l'anarchie depuis sa naissance. Pour Proudhon, "La propriété, c'est le vol", ce qui aboutit à la notion de " reprise individuelle ". Dans ce cas, le vol est légitime, ceux qui ont été volés par la bourgeoisie récupère leur bien, fruit d'un travail collectif. Pour beaucoup, la violence est la seule réponse à la violence de la société.

A partir des années 1880, la propagande par le fait supplante la propagation des idées par la seule parole. "Notre action doit être la révolte permanente par la parole, par l'écrit, par le poignard, le fusil, la dynamite ( ... ) Tout est bon pour nous qui n'est pas la légalité", écrivait Kropotkine dans son article l'Action paru dans le Révolté du 25 décembre 1880. Le congrès international du 14 juillet 1881, réuni à Londres, lançait de fait un appel au terrorisme individuel et de nombreux journaux anarchistes donnaient alors des recettes de bombes - peu mises en pratique dans l'immédiat du moins. En attendant la vague d'attentats des années 1892-94 (Ravachol, Vaillant).


Le 21 décembre 1911, Jules Bonnot et ses compagnons, dévalisent le garçons de recette de l'agence de la Société générale de la rue Ordener, à Paris. Dans les jours qui suivent, ils multiplient les agressions et n'hésitent pas à tuer ceux qui tentent de les arrêter. Ils utilisent une Delaunay-Belleville qui leurs permet de fuir rapidement devant la police. Ils deviennent les ennemis n°1.


Après une longue traque, la bande est démantelée et Bonnot est tué dans sa cachette de Choisy-le-Roi, le 28 avril 1912. Plus de 20 000 badauds assistent à l'attaque du pavillon où c'est retiré Bonnot. Les survivants de la bande sont jugés, condamnés à la prison, au bagne ou à l'exécution.




Découvrez Joe Dassin!
Pour en savoir plus:
- Albert Londres:"L'homme qui s'évada", Le serpent à plume.
- La version BD de Laurent Maffre.


- Mort aux bourgeois ! : Sur les traces de la bande à Bonnot par Renaud Thomazo

Joe Dassin:"La bande à Bonnot".

A la Société Générale
Une auto démarra et dans la terreur
La bande à Bonnot mit les voiles
Emportant la sacoche du garçon payeur
Dans la De Dion-Bouton qui cachait les voleurs
Octave comptait les gros billets et les valeurs
Avec Raymond-la-Science les bandits en auto
C'était la bande à Bonnot

Les banques criaient "Misérables!"
Quand s'éloignait le bruit du puissant moteur
Comment rattrapper les coupables
Qui fuyaient à toute allure à trente-cinq à l'heure
Sur les routes de France, hirondelles et gendarmes
Etaient à leurs trousses, étaient nuit et jour en alarme
En casquette à visière, les bandits en auto
C'était la bande à Bonnot

Mais Bonnot rêvait des palaces
Et du ciel d'azur de Monte-Carlo
En fait il voulait vite se ranger des voitures

Mais un beau matin la police
Encercla la maison de Jules Bonnot
A Choisy, avec ses complices
Qui prenaient dans sa chambre un peu de repos
Tout Paris arriva à pied, en tram et en train
Avec des fusils, des pistolets et des gourdins
Hurlant des balcons, les bandits en auto
C'était la bande à Bonnot

Et menottes aux mains
Tragique destin
Alors pour la dernière course
On mit dans le fourgon la bande à Bonnot

1 commentaire:

M.AUGRIS a dit…

Personnellement, dans les chansons de Dassin sur les gangsters, je préfère "les Dalton"....