dimanche 3 août 2008

74. Fausto Amodei:"Per i morti di Reggio Emilia" (1960).




Fausto Amodei est un auteur-compositeur-interprète né à Turin en 1934.Diplômé en architecture, il étudie l'accordéon et s'intéresse aux traditions populaires piémontaises. Il découvre les chansons de Georges Brassens qui deviendra sa référence.En 1958, il est parmi les fondateurs du groupe des Cantacronache, premier vrai mouvement pour une chanson populaire et politique en Italie.




Fausto Amodei


En 1960, la formation du gouvernement Tramboni se réalise grâce au soutien du parti néo fasciste, le Mouvement social italien (MSI), ce qui provoque plusieurs soulèvements ouvriers et des affrontements avec la police, invitée par le gouvernement à ouvrir le feu "en cas d'urgence". Au total, la répression très lourde se solde par la mort de dix ouvriers et des centaines de blessés.





A Reggio Emilia, lors d'une de ces manifestations, la police tire sur les manifestants. aussitôt, Amodei écrit sa plus célèbre chanson, qui deviendra un hymne pour toute la gauche italienne, Morti di Reggio Emilia. Il y égrène les noms des cinq ouvriers militants du parti communiste abattus par la police. Le chanteur invite les survivants à prolonger le combat entamé par les victimes, il convient de ne pas briser la chaîne de solidarité qui lie combattants d'hier et ceux qui poursuivent la lutte. Il entretient aussi la mémoire ouvrière et combattante en évoquant la guerre d'Espagne et la résistance, en évoquant notamment le célèbre chant révolutionnaire "Bandiera rossa" ou en reprenant une strophe du chant antifasciste "Fischia el vento" ("chaussures déchirées, pourtant il faut avancer").


Fausto Amodei:"Per i morti di Reggio Emilia" (1960).


Compagno cittadino, fratello partigiano,
teniamoci per mano in questi giorni tristi:
di nuovo a Reggio Emilia, di nuovo là in Sicilia
son morti dei dei compagni per mano dei fascisti.


Di nuovo, come un tempo,sopra l'Italia intera
urla il vento e soffia la bufera.


A diciannove anni è morto Ovidio Franchi
per quelli che son stanchi o sono ancora incerti.
Lauro Farioli è morto per riparare al torto
di chi si è già scordato di Duccio Galimberti.


Son morti sui vent'anni, per il nostro domani:
son morti come vecchi partigiani.


(...)
Compagni, sia ben chiaro che questo sangue amaro
versato a Reggio Emilia, è sangue di noi tutti


(..)
Il solo vero amico che abbiamo al fianco adesso
è sempre quello stesso che fu con noi in montagna,
ed il nemico attuale è sempre e ancora eguale
a quel che combattemmo sui nostri monti e in Spagna


Uguale è la canzone che abbiamo da cantare:
Scarpe rotte eppur bisogna andare.


Compagno Ovidio Franchi, compagno Afro Tondelli,
e voi, Marino Serri, Reverberi e Farioli,
dovremo tutti quanti aver, d'ora in avanti,
voialtri al nostro fianco, per non sentirci soli.


Morti di Reggio Emilia, uscite dalla fossa,
fuori a cantar con noi Bandiera rossa,
fuori a cantar con noi Bandiera rossa!


......................
"Pour les morts d'Emilie-Romagne" _ F. Amodei (1960).
"Camarades citoyens / frère partian / Tenons-nous par la main / en ces jours tristes / De nouveau en Emilie-Romagne / De nouveau là-bas en Sicile / des camarades sont morts / Tués par des fascistes.


De nouveau comme autrefois / sur l'Italie tout entière / le vent hurle et la tempête fait rage.


A dix-neuf ans / Ovidio Franchi est mort / Pour ceux qui se sont lasss où sont encore indécis / Lauro Farioli est mort / Pour réparer la faute de ceux qui ont déjà oublié / Ducio Galimberti


Ils sont morts à vingt ans / Pour notre futur / ils sont morts comme de vieux partisans


(...) Camarades, que ce soit bien clair / Ce sang si amer / versé en Emilie-Romagne / de nous tous c'est le sang


(...)L'ennemi actuel / c'est toujours et encore le même / c'est celui que nous combattions / sur nos montagnes et en Espagne


C'est toujours la même chanson / que nous devons chanter / Chaussures déchirées, pourtant il faut avancer"


Copagnon Ovidio Franchi / Camarade Afro Tondelli / Et vous MarinoSerri / Reverberi et Farili / nous devrons tous ensemble dorénavant / vousvoir à nos côtés / pour ne pas nou sentir seuls


Monts d'Emilie-Romagne! / Sortez de la tombe! / Sortez dehors, avec nous pour chanter Bandiera Rossa."


Source:
- Christophe Traïni: "La musique en colère", coll. Contester, ScinencesPo Les Presses, 2008.


Liens:

- une biographie de F. Amodei.



- Pour ceux qui parlent italien.

1 commentaire:

Carlo a dit…

Grazie per il collegamento al mio blog.Carlo
http://carlo-carlo.blogspot.com/