mardi 9 septembre 2008

84. Johnny Cash: "The ballad of Ira Hayes."


La fameuse photo (controversée) de Joe Rosenthal qui montre un groupe de soldats américains dressant la bannière étoilée lors de la bataille d'Iwo Jima. Ira Hayes se trouve en dernière position sur le cliché.


Ira Hayes est un Indien Pima d’Arizona, engagé dans les marines en 1942. Au court des derniers mois d'affrontement de la guerre du Pacifique, il fut largué en 1945 sur l’île d’Iwo Jima et parvint avec 5 autres marines à planter le drapeau américain sur le mont Suribachi.

A son retour aux Etats-unis, Hayes reçoit un accueil triomphal, élevé au rang de héros national pour les besoins de la propagande de guerre. Très vite néanmoins, Hayes sera la victime du racisme. Misérable, il meurt abandonné de tous, alcoolique, dans sa réserve. Il n'a que 32 ans.

Sa fin dramatique inspire Delbert Mann, qui réalise un film,
The Outsider (1961), sur la déchéance de l'ancien Marine. L'acteur Tony Curtis interprétait le rôle de l'Indien qui, pour les besoins d'Hollywood, ne mourait pas sordidement dans un caniveau mais idéalement solitaire sur un piton du désert.

L'affiche du film the Outsider.

La chanson accède à la célébrité lorsque Johnny Cash l'enregistre sur son album
Bitter tears (1964); Dylan l'interprétera à son tour en 1973. En fait, l'auteur de la chanson est Peter Lafarge, un songwriter de talent qui gravite dans la mouvance folk du Greenwich village (avec Dylan, Seeger et consorts). Lui-même d'origine indienne, il prend fait et cause pour ceux qu'on appelle désormais les "native americans", éternels oubliés de l'histoire américaine, décimés et spoliés par les "Blancs" lors de la conquête de l'ouest, puis parqués dans des réserves miteuses. Sans cesse caricaturés par Hollyood (jusqu'à Little big man en tout cas) comme des sauvages à abbatre sans ménagements, ils tentent de s'organiser au cours des années 1960 autour de la FAIR (The federation of indians rights), dont Lafarge prend justement la présidence.

Lafarge décède en 1965, la cause indienne n'est alors guère populaire, mais le flambeau laissé par Lafarge est récupéré par une chanteuse de talent, Buffy Sainte-Marie, nouveau porte-parole musical des Indiens d'Amérique. Le folk revival offre en effet un espace d'expression pour les Indiens. La musique traditionnelle indienne, en revanche , ne perce guère auprès du grand public.

"Mémoire de nos pères", le récent film de Clint Eastood conte l'histoire de ces soldats ayant porté le drapeau sur l'ile d' Iwo Jima et la fin tragique pour certains d'entre eux.






"Ballad of Ira Hayes"

Ira Hayes,
Ira Hayes

[CHORUS:]
Call him drunken Ira Hayes
He won't answer anymore
Not the whiskey drinkin' Indian
Nor the Marine that went to war

Gather round me people there's a story I would tell
About a brave young Indian you should remember well
From the land of the Pima Indian
A proud and noble band
Who farmed the Phoenix valley in Arizona land

Down the ditches for a thousand years
The water grew Ira's peoples' crops
'Till the white man stole the water rights
And the sparklin' water stopped

Now Ira's folks were hungry
And their land grew crops of weeds
When war came, Ira volunteered
And forgot the white man's greed

[CHORUS:]
Call him drunken Ira Hayes
He won't answer anymore
Not the whiskey drinkin' Indian
Nor the Marine that went to war

There they battled up Iwo Jima's hill,
Two hundred and fifty men
But only twenty-seven lived to walk back down again

And when the fight was over
And when Old Glory raised
Among the men who held it high
Was the Indian, Ira Hayes

[CHORUS:]
Call him drunken Ira Hayes
He won't answer anymore
Not the whiskey drinkin' Indian
Nor the Marine that went to war

Ira returned a hero
Celebrated through the land
He was wined and speeched and honored; Everybody shook his hand

But he was just a Pima Indian
No water, no crops, no chance
At home nobody cared what Ira'd done
And when did the Indians dance

[CHORUS:]
Call him drunken Ira Hayes
He won't answer anymore
Not the whiskey drinkin' Indian
Nor the Marine that went to war

Then Ira started drinkin' hard;
Jail was often his home
They'd let him raise the flag and lower it
like you'd throw a dog a bone!

He died drunk one mornin'
Alone in the land he fought to save
Two inches of water in a lonely ditch
Was a grave for Ira Hayes

[CHORUS:]
Call him drunken Ira Hayes
He won't answer anymore
Not the whiskey drinkin' Indian
Nor the Marine that went to war

Yeah, call him drunken Ira Hayes
But his land is just as dry
And his ghost is lyin' thirsty
In the ditch where Ira died



Oyez bonnes gens, je vais vous raconter l'histoire
D'un jeune Indien courageux, il faudra vous en souvenir
Il était de la tribu des Pimas, une bande fière et pacifique,
De la vallée Phoenix en Arizona.
L'eau étincelante avait couru dans les fossés, pendant un millier d'années,
Jusqu'au jour où l'homme blanc avait volé leurs droits à l'eau,
et l'eau qui chantait s'était tue.
Alors le clan d'Ira avait faim et leurs fermes n'étaient que
des mottes de mauvaises herbes,
Mais quand la guerre arriva, il se porta volontaire,
et oublia la voracité de l'homme blanc.
Vous pouvez l'appeler ivrogne, il ne répondra plus
Cet Indien qui buvait du Whisky, ce Marine qui partit à la guerre.
Ils ont commencé à gravir la montagne Ivo Jima, 250 hommes
Et seulement 27 survivants pour redescendre de cette montagne
Et quand la bataille fut terminée et le drapeau de la gloire hissé
Un des hommes qui le brandissait, c'était Hira Hayes l'Indien.

Vous pouvez l'appeler ivrogne, il ne répondra plus
Cet Indien qui buvait du Whisky, ce Marine qui partit à la guerre.
Ira revint en héros, fêté dans tout le pays
Avec des vins d'honneur, des discours et des médailles,
tout le monde lui serrait la main.
Mais ce n'était qu'un Indien Pima sans argent, sans terre, sans avenir,
Et chez lui, personne ne s'intéressait à ce qu'Ira avait fait
et quand les Indiens dansent-ils?
Vous pouvez l'appeler ivrogne, il ne répondra plus
Cet Indien qui buvait du Whisky, ce Marine qui partit à la guerre.
Vous pouvez l'appeler ivrogne, il ne répondra plus
Cet Indien qui buvait du Whisky, ce Marine qui partit à la guerre.

Ira commença à boire sérieusement, la prison fut souvent son domicile
On le laissait hisser puis ramener les couleurs,
Comme s'il jetait un os à un chien.
Il est mort ivre, un matin, à l'aube, tout seul dans le pays
pour lequel il s'était battu,
Cinq centimètres d'eau dans un fossé isolé fut la seule tombe
pour Ira Hayes.

Oui, appelez-le Hayes l'ivrogne, mais son pays est toujours aussi sec
Et son fantôme est étendu, assoiffé, dans le fossé où Ira est mort.
Vous pouvez l'appeler ivrogne, il ne répondra plus
Cet Indien qui buvait du Whisky, ce Marine qui partit à la guerre.

(Traduit de l'américain par Richard Lees)


Ci-dessous une courte video sur Peter Lafarge (en anglais), avec en fond sonore la ballade d'Ira Hayes.

Liens:
- Pour en savoir plus sur l'album "Bitter tears" de Johnny Cash, centré sur la cause des Indiens d'Amérique.
- Un article du monde sur Clint Eastwood et les héros d'Iwo Jima.
- Pour en savoir plus sur Peter Lafarge.

1 commentaire:

M.AUGRIS a dit…

Passionnant !
Pour en savoir plus sur cette fameuse photo et son contexte, voyez ce lien La Seconde Guerre mondiale et ses mémoires
.