jeudi 25 septembre 2008

95. West Side Story :"America"

Créee en 1957, par Arthur Laurents (parole) et Leonard Bernstein (Musique) cette comédie musicale qui transpose Roméo et Juliette dans les quartiers pauvres de New York connaît un succès considérable sur les planches de Broadway puis en tournée à travers les Etats-Unis. En 1961, elle est adaptée au cinéma par le réalisateur Robert Wise, rafle une flopée d’oscar et reçoit un accueil enthousiaste dans le monde entier.

A New York, dans le quartier pauvre du Manhattan West Side, deux bandes rivales, les Jets et les Sharks s’affrontent pour le contrôle du quartier. Les premiers sont des américains blancs, descendants d’anciens migrants irlandais et polonais. Les Sharks sont eux des portoricains, venus d’une petite île hispanophone des Caraïbes, Porto Rico (appelé de nos jours Puerto Rico), possession des Etats-Unis. A cette époque de nombreux portoricains ont quitté leur île pour tenter leur chance aux Etats-Unis et notamment New York, où ils forment une communauté importante.

Tony, l’un des Jets, tombe amoureux de Maria jeune immigrante fraîchement arrivée à New York et sœur du chef des Sharks. Evidemment comme dans la pièce de Shakespeare dont elle s’inspire cette histoire d’amour va se heurter à la rivalité des deux "familles" qui se disputent le quartier et forcément mal se terminer.

La pièce et surtout le film vont marquer les esprits grâce à une esthétique qui utilise en les stylisant les décors urbains des quartiers populaires de New York avec ses immeubles où courent des escaliers métalliques, ses terrains vagues entourés de grillages. Les danses de groupes permettent de simuler les affrontements violents entre les bandes rivales. Des danses après lesquelles, parfois, un corps ne se relève pas.
L’une des chansons du film, au titre évocateur "America", revient sur la fascination des migrants du monde entier pour le modèle américain. Mais un modèle qui n’est pas toujours facile à vivre, où, lorsqu’on n’est pas de la bonne couleur de peau, l’american dream est plus difficile à réaliser.

Dans cette chanson les Sharks s’opposent à leurs petites amies sur ce rêve américain. Si les filles sont plutôt enthousiastes et célébrent l’Amérique de la consommation et de la réussite, les garçons eux sont beaucoup plus réservés, célébrant la nostalgie de leur petite île lointaine et la difficulté à s’intégrer dans un pays où un accent trop marqué leur ferme les portes .

ANITA
Puerto Rico
My heart's devotion
Let it sink back in the ocean
Always the hurricanes blowing
Always the population growing
And the money owing
And the sunlight streaming
And the natives steaming
I like the island Manhattan
Smoke on your pipe
And put that in!

GIRLS
I like to be in America
Okay by me in America
Everything free in America

BERNARDO
For a small fee in America

ANITA
Buying on credit is so nice

BERNARDO
One look at us and they charge twice

ROSALIA
I'll have my own washing machine

INDIO
What will you have though to keep clean?

ANITA
Skyscrapers bloom in America

ROSALIA
Cadillacs zoom in America

TERESITA
Industry boom in America

BOYS
Twelve in a room in America

ANITA
Lots of new housing with more space

BERNARDO
Lots of doors slaming in our face

ANITA
I'll get a terrace apartment

BERNARDO
Better get rid of your accent

ANITA
Life can be bright in America

BOYS
If you can fight in America

GIRLS
Life is all right in America

BOYS
If you're all white in America

GIRLS
Here you are free and you have pride

BOYS
Long as you stay on your own side

GIRLS
Free to be anything you choose

BOYS
Free to wait tables and shine shoes

BERNARDO
Everywhere grime in America
Organized crime in America
Terrible time in America

ANITA
You forget I'm in America

BERNARDO
I think I'll go back to San Juan

ANITA
I know what boat you can get on

BERNARDO
Everyone there will give big cheers

ANITA
Everyone there will have moved here



ANITA
Puerto Rico
Dévotion de mon coeur
Peut bien sombrer dans l' océan
Toujours l' ouragan souffle
Toujours la population grandit
Et l' argent se raréfie
Et le soleil accable
Et les habitants s’épuisent
J’aime l' île de Manhattan
Si ça ne te plait pas tant pis
Mets toi ça bien dans le crâne...

LES FILLES
J' aime être en Amérique
Tout me convient en Amérique
Tout est libre en Amérique

BERNARDO
Mais tout pour un petit prix en Amérique

ANITA
Acheter à crédit c’est si bien

BERNARDO
On nous regarde et on double le prix

ROSALIA
Je l' aurais ma propre machine à laver

INDIO
Mais auras tu encore quelque chose à laver ?

ANITA
Les gratte-ciel fleurissent en Amérique

ROSALIA
Les Cadillacs filent en Amérique

TERESITA
L' industrie explose en Amérique

LES GARCONS
12 dans une pièce en Amérique

ANITA
Beaucoup de nouvelles maisons avec plus d' espace

BERNARDO
Beaucoup de portes qui vous claquent au nez

ANITAJ’aurai un appartement avec terrasse

BERNARDO
Quand tu auras perdu ton accent

ANITA
La vie peut être épatante en Amérique

LES GARCONS
Si tu sais te battre en Amérique

LES FILLES

La vie est parfaite en Amérique

LES GARCONS
Si vous êtes blanc en Amérique

LES FILLES
Ici vous avez la liberté et la fierté

LES GARCONS
Tant que l' on reste parmi les siens

LES FILLES
Libre d’être tous ce que tu choisis

LES GARCONS
Libre de débarrasser des tables ou de cirer les chaussures

BERNARDO
Tout est crasseux en Amérique
Crime organisé en Amérique
Temps terrible en Amérique

ANITA
Tu oublies que j' y suis en Amérique

BERNARDO
Je pense que je vais rentrer a San Juan

ANITA
Je peux t' indiquer quel bateau tu peux prendre

BERNARDO
Tous m' acclameront au pays

ANITA
Tous sont venus ici




Vision critique du rêve américain, ( ces paroles ont déjà été utilisées il y a quelques années pour un sujet du bac) West Side Story reste un chef d’œuvre intemporel, d’ailleurs la pièce continue toujours régulièrement à être remontée et réinterprétée cinquante ans après.


3 commentaires:

M.AUGRIS a dit…

Meric Richard pour ce bel article.
Petite précision :
La chanson a été changée pour le film. La chanson de la comédie musicale
mettait en scène un dialogue entre deux filles (et non entre les filles et les garçons) et présentait Porto Rico (dépendance américaine) sous un jour peu favorable, ce qui n'est plus le cas dans le film.

gwallerick a dit…

Elément particulièrement intéressant pour travailler sur les mythes et réalités des Etats Unis. On peut aussi utiliser L'Americano (reprise d'une musique ancienne avec du rap d'Akhenaton, chanteur d'Iam). Lien : https://sites.google.com/site/gwallerick/3e_mythes-realite.eu

J. Blottiere a dit…

merci pour cette suggestion et l'intéressant lien qui l'accompagne.

J.