mardi 30 septembre 2008

98. Prince Buster:"Al Capone".

Al Capone alias Scarface.

Au cours des années 1920, la prohibition est mise en place aux Etats-Unis. La production, la vente, le transport, l'importation, l'exportation et la consommation d'alcool sont alors interdits sur l'ensemble du territoire américain. La prohibition favorise aussitôt le développement de la Mafia. Des gangs rivaux s'affrontent alors dans les grandes villes afin de s'assurer le contrôle du trafic d'alcool. Quelques unes des grandes figures de la pègre se font alors un nom comme Al Capone, Dutch Schultz, Meyer Lansky, Lucky Luciano.

Le plus célèbre de ces truands reste Al Capone, surnommé "Scarface". Ce fils d'immigrés italiens naît à Brooklyn, en 1899. En 1925, il s'affirme comme un des pontes du commerce d'alcool à Chicago. Les gangs rivaux s'affrontent alors dans cette métropole. Le 14 février 1929, sept hommes d'une bande rivale d'Al Capone sont exécutés. Les autorités accusent aussitôt ce dernier d'être le commanditaire du "massacre de la saint-Valentin".

Capone est arrêté le 17 mai 1929 pour port d'arme prohibée. Après une année passée en prison, il est libéré. En juin 1931, accusé de fraude fiscale et d'infraction aux lois sur la prohibition, il écope de 11 ans de prison. Après 7 années d'incarcération à Atlanta, puis Alcatraz, il est libéré. Il meurt chez lui, en Floride, en 1947.

 

De son vivant déjà, Capone devient une figure de la mafia et rapidement il est élevé au rang de mythe. Son aura dépasse très vite les frontières des Etats-Unis. En Jamaïque, la fascination pour tout ce qui peut remettre en cause l'ordre établi et rendre la vie impossible aux forces de l'ordre soulève la sympathie. Prince Buster interprète ici un ska à la gloire de Capone. Les paroles, faciles à retenir sont les suivantes: "Don't call me scarface, my name is Capone. C*A*P*O*N*E."

Prince Buster.

Buster est une figure quelque peu oublié de la musique jamaïcaine, beaucoup moins célébrée que Bob Marley, Jimmy Cliff ou Burning Spear, pourtant son rôle dans la genèse du ska n'est pas à négliger.
Solide boxeur, il fut d'abord enrôlé par Coxsone Dodd pour assurer la sécurité de son sound system. Très vite, il grave quelques unes des faces les plus mémorables de l'ère ska dont ce savoureux Al Capone au son brut et agressif. La reprise de certains de ses morceaux par les groupes de ska anglais dans les années 1980 lui assureront une certaine notoriété de ce côté de l'Atlantique (la reprise du fameux One step beyond par Madness).

Aucun commentaire: