lundi 6 octobre 2008

101. Archie Shepp:"Attica blues".



Le 9 septembre 1971, 1200 détenus du pénitencier d'Attica (Etat de New York) se révoltent contre leurs conditions d'emprisonnement. Ils prennent 38 gardiens en otages et deviennent maîtres d'une partie des bâtiments. Les insurgés réclament de meilleures conditions de détention: plus d'une douche par semaine, l'accès à l'enseignement et aux livres, la fin de la censure du courrier, la mise en sourdine du racisme des gardiens qui surnomment leur matraque la "nigger stick". La mort d'un gardien qui avait été blessé durant la mutinerie et l'entrée en prison de Bobby Seale, figure historique des Black Panthers, mettent le feu aux poudres.
Le 12 septembre, 400 policiers se massent devant la prison. Des caméras de télévision sont invitées à pénétrer dans le pénitencier. Elles filment les prisonniers leurs otages qui affirment être bien traités.  Le lendemain matin pourtant, le gouverneur Rockfeller ordonne l'assaut. Des hélicoptères larguent des lacrymo sur la prison. Les policiers tirent sur tout ce qui bouge, provoquant la mort de 29 détenus et 10 de leurs otages. La commission d'enquête chargée de faire la lumière sur ce drame déclarera alors qu'à l'exception de massacres d'indiens à la fin du XIXème siècle, cet assaut entre Américains fut le plus sanglant depuis la guerre de sécession.

L'événement choque et inspire de nombreux artistes. (1) En 1972, Archie Shepp, pape du free jazz et saxophoniste de très grand talent, compose Attica blues, un album brûlant comme un pamphlet. Avec ce disque, Shepp entend renouer avec un public moins élitiste que celui du freeLe jazzman s'entoure pour ce disque de toute une armée de freejazzmen, mais aussi du poète Bartolomew Gray ou de l'avocat William Kunstler, défenseur d'Angela Davis ou Bobby Seale.
Toutes les compositions de l'album ont un caractère politique. "Steam" célèbre la mémoire de son jeune cousin de 15 ans, victime de la répression policière dans un manifestation pour les droits civiques. Dans Attica blues, Shepp récite un titre poignant du batteur Beaver Harris dénonçant "ceux qui pensent qu'ils sont dans leur bon droit quand, en ayant le pouvoir, ils prennent la vie d'un homme noir".


Toujours en 1972, Shepp poursuivra dans cette veine populaire avec "The Cry Of My People", dans lequel les thèmes Gospels ou inspirés des Negro Spirituals sont à l'honneur, tout cela sur fond de rythmiques funk ou africaines.

Notes:
1. Dans "Attica State", John Lennon chante: "quel gâchis de vies humaines! / Tirer sur des prionniers. / 43 veuves esseulées / Nous sommes tous des prisonniers d'Attica".

Sources:
* "Le blues du pénitencier", émission diffusée sur France Culture le 23 juillet 2019. 

Liens:
-
la musique au temps des Black Panthers.


1 commentaire:

Emmanuel a dit…

Archie Shepp est immense. Bravo pour ce post et ce blog.
John Lennon avait lui aussi écrit un titre sur le drame d'Attica sur son album Sometime in New York City. La chanson s'intitule Attica State.