dimanche 25 octobre 2009

188. Oxmo Puccino pour l'UNICEF : "Naître adulte" (2009)

Il y a 20 ans, le 20 novembre 1989, était adoptée la Convention internationale des droits de l'enfant. Ce texte précisait les droits des enfants :
  • le droit à la survie
  • le droit de se développer dans toute la mesure du possible
  • le droit d'être protégé contre les influences nocives, les mauvais traitements et l'exploitation
  • le droit de participer à part entière à la vie familiale, culturelle et sociale
La Convention rappelait également les quatre principes fondamentaux :
  • la non-discrimination
  • la priorité donnée à l'intérêt supérieur de l'enfant
  • le droit de vivre, de survivre et de se développer
  • le respect des opinions de l'enfant

A cette occasion, le rappeur Oxmo Puccino a offert une chanson à l'Unicef [Photo : Unicef]. Avant de l'écouter, voici quelques informations issues du rapport 2009 de l'agence.

Qu'est-ce que l'UNICEF ?

L'UNICEF est une agence de l'ONU créée en 1946. Le sigle signifie au départ United Nations Children Emergency Fund (Fonds d'urgence des nations unies pour l'enfance). Il a son siège à New York. Comme son nom l'indique, il doit au départ secourir les enfants menacés par la faim et les maladies après les ravages causés par la Seconde Guerre mondiale qui n'a pas épargné les civils, dont les enfants. Ses objectifs : améliorer leur accès à la santé, à l'éducation, à l'hygiène et à l'alimentation. Très rapidement, son action concerne surtout les pays du Tiers-Monde naissant. L'agence a reçu le Prix Nobel de la Paix en 1965. Une déclaration des Droits de l'enfant est adoptée en 1959 puis la Convention internationale en 1989.
37 comités nationaux (dont Unicef-France) relaient son action dans plus de 150 pays. Elle compte de nombreux ambassadeurs internationaux et des ambassadeurs nationaux, essentiellement des artistes et personnalités connues.


Quelle est la situation des enfants dans le monde en 2009 ?


Le rapport 2009, publié début octobre, donne des statistiques sur la situation des enfants pour plusieurs critères. Tout en ponctuant ponctuellement des progrès dans certains pays (au Bangladesh, en Guinée et au Népal pour les mariages précoces et forcés), le rapport dresse un bilan très sombre. Quelle est cette situation ?

  • L'absence d'existence légale : "arriver sur terre par catapulte"
De nombreux enfants n'ont pas d'existence légale, leurs parents, pour des raisons culturelles, politiques, économiques comme l'éloignement des lieux de recensement. L'Unicef établit ainsi que 51 millions d'enfants nés en 2007 ne sont pas inscrits à l'état-civil, pour moitié en Asie du Sud. Dans certains pays comme la Somalie ou l'Afghanistan, moins de 10% des enfants sont enregistrés. Cela pose de nombreux problèmes ensuite pour faire valoir toute sorte de droits parmi les plus élémentaires.

  • Les violences faites aux enfants : "en espérant que les grands répondent"
Très souvent, les enfants sont les premières victimes des mauvais traitements, dans le cadre domestique notamment. Entre 500 millions et 1,5 milliard d'enfants sont soumis chaque année à des violences. 70% des enfants des Territoires palestiniens ont ainsi subi des châtiments corporels et des violences psychologiques dans le cadre familial ou en dehors (comme victimes ou témoins de violences dans la rue). Lorsque cette violence se déroule dans le cadre domestique, elle est le plus souvent jugée comme normale par les personnes qui en sont victimes, en particulier dans les ménages les plus pauvres et les moins instruits...

  • Les mutilations féminines : "avec des arbres aux branches pleines de poèmes roses"
Dans les pays où elles sont pratiques courantes (Afrique subsaharienne et Yémen), les mutilations féminines et l'excision touchent 70 millions de jeunes filles et de femmes de 15 à 49 ans. Ce chiffre important ne prend pas en compte les femmes qui subissent ces mutilations dans d'autres pays en Europe et en Amérique du Nord où vivent des émigrés venus des pays où la pratique est habituelle. Même si de plus en plus de femmes s'y opposent, ces pratiques restent courantes dans de nombreux pays.


  • Le travail des enfants : "c’est nourrir sa famille avant d’apprendre à lire"
150 millions d'enfants âgés de 5 à 14 ans travaillent dans le monde. En Afrique subsaharienne, plus du tiers des enfants travaille. Dans certains pays comme le Brésil, l'Inde et le Mexique, le travail des enfants semble reculer lentement. Dans les pays les plus pauvres en revanche, la proportion reste stable. Dans les zones rurales, les enfants commencent ainsi à travailler dès l'âge de 5 ans parfois. L'Unicef pointe le paradoxe suivant :
"Le travail des enfants est à la fois la cause et la conséquence de la pauvreté et il perpétue la paupérisation en compromettant gravement l’éducation des enfants. En commençant à travailler très jeunes, la plupart des enfants retardent leur entrée à l’école, n’achèvent pas leur éducation de base ou ne vont parfois même pas à l’école du tout. Lorsque les filles qui travaillent vont à l’école, elles portent un triple fardeau : tâches ménagères, travail scolaire et travail en dehors de la maison, rémunéré ou non, ce qui limite inévitablement leur niveau d’instruction et leurs performances scolaires."

  • Les mariages forcés et précoces : "les plus fragiles coupables d’innocence"
"En 2007, plus du tiers des jeunes femmes âgées de 20 à 24 ans vivant dans les pays en développement ont rapporté qu’elles étaient mariées ou vivaient en union à l’âge de 18 ans. Les proportions étaient le plus élevées en Asie du Sud (46 %) et Afrique subsaharienne (39 %)." Dans certains pays, l'âge médian au premier mariage est bien inférieur à 18 ans. Ainsi au Bangladesh, même s'il remonte légèrement, il s'établit à 16 ans et dépasse l'âge médian pour le Niger, inférieur à 16 ans. Précisons enfin que les garçons sont également concernés , dans une moindre mesure il est vrai, par cette pratique des mariages forcés et précoces.

  • Les enfants dans la guerre : "pour les orphelins avec des mitraillettes"
Plus d'un milliard d'enfants vivent dans un territoire qui connaît un conflit armé. Outre le facteur aggravant que cela constitue en terme de développement, ces conflits entraînent souvent leur déplacement et leur exposition à des violences. Ils sont également nombreux parmi les victimes des mines anti-personnelles, souvent peu au fait des précautions à prendre. Mentionons aussi le sort des enfant-soldats dont je vous ai déjà parlé plus longuement sur Samarra.

  • Les enfants en prison : "c’est voir le jour au crépuscule"
Plus de la moitié des enfants détenus n'ont pas été jugés et condamnés. L'emprisonnement est utilisé couramment pour les enfants alors que la Convention précise que cela doit rester excepetionnel et en dernier ressort. Cinq pays appliquent même la peine de mort à des enfants depuis 2005. Il s'agit de l'Iran, de l'Arabie Saoudite, du Soudan, du Pakistan et du Yémen.



Voici les paroles de la chanson d'Oxmo Puccino, téléchargeable gratuitement sur le site de l'Unicef :

Naître adulte c’est nourrir sa famille
avant d’apprendre à lire
pour ça papa m’a souvent dit
si tu te couches tard tu te cultives,
le poison de ce monde c’est l’ignorance
les plus fragiles coupables d’innocence
l’enfance est un long voyage
l’arrivée dépend du paysage
à ceux dont les yeux n’ont plus d’étincelles
nous chantons cette mélodie qui rappelle
que le secret des plus grand trésors
se tient dans les poings d’un bébé qui dort

Naître adulte
arriver sur terre par catapulte
en espérant que les grands répondent
on va chanter pour changer le monde
naître adulte
c’est voir le jour au crépuscule
en espérant que les grands répondent
on va chanter pour changer le monde

Les droits de l’enfant se dressent pas à pas
serrons-nous les pétales que l’on fasse un parc,
découvrez le meilleur des mondes imaginaires
où s’allument des bougies vertes
ici poussent des glaces au gout d’arc en ciel
pour les mauvaises mines anti-personnelles
des poupées de caramel, plein de marionnettes
pour les orphelins avec des mitraillettes
à l’abri d’une forêt d’émeraudes
avec des arbres aux branches pleines de poèmes roses
on y cueille de douces paroles
fredonnez-les, puis la peine s’envole

Naître adulte
arriver sur terre par catapulte
en espérant que les grands répondent
on va chanter pour changer le monde
naître adulte
c’est voir le jour au crépuscule
en espérant que les grands répondent
on va chanter pour changer le monde

Tenter de danser pour conjurer le sort
donner sans mesurer l’effort
se pencher pour apporter des forces
à ceux qui n’ont plus d’écorce
bien que la vie soit dure
on veut tout l’amour qui nous est du
et si la réponse est longue
chantons tant que la terre est ronde
Des liens pour en savoir plus :



2 commentaires:

Djemaa a dit…

Bonsoir, je vous félicite pour cet article, Pascal.

M.AUGRIS a dit…

Merci.
E.A.