mardi 15 juillet 2008

67. Dub Incorporation : "Survie"


Le groupe de Reggae stéphanois Dub Incorporation mélange allègrement les influences musicales. Avec pour dénominateur commun le reggae, les huit musiciens aux origines multiples (kabyle, béninois,...) explorent des univers très variés comme en témoigne leur dernier album Afrikya, sorti en 2008. Autre dénominateur commun, l'engagement. Les chansons du groupe abordent sans détour les pages sombres de l'histoire de France, de l'esclavage ("Chaines") à la colonisation. Dans leur précédent album, Dans le décor, sorti en 2005, la chanson "Survie" dénonce la connivence entre la France et les chefs d'État africains.

Derrière cette connivence, les intérêts communs des dirigeants, à commencer par l'argent, au détriment des populations africaines. Cet argent qui est accaparé par les dirigeants africains avec la complicité des multinationales françaises et qui a servi en retour à financer les partis politiques français. Le cas de l'Angola évoqué dans la chanson est ici symbolique puisque les deux protagonistes de la longue guerre civile (1975-2002), l'UNITA de Savimbi et le MPLA du président Dos Santos étaient chacun financés par Elf qui souhaitait poursuivre tranquillement l'exploitation pétrolière. Les exemples sont malheureusement nombreux du rôle trouble de la France dans les conflits en Afrique. Citons simplement la complicité de la France avec ceux qui ont préparé et mis en œuvre le génocide de 1994 au Rwanda. Les multiples "réseaux" (Foccart, Pasqua, Jean-Christophe Mitterrand "papa m'a dit",...) n'ont pas eu d'autre but que de maintenir les pays africains dans le "pré carré" français. C'est donc la dénonciation de la perpétuation de formes de domination héritées de la colonisation, de la logique d'exploitation et de pillage que l'on appelle parfois néocolonialisme.
Précisons que pour tous les pays évoqués dans la chanson (Angola, Côte d'Ivoire, Rwanda, Togo, Gabon, Libéria), la situation est différente et que le rôle de la France n'a pas été le même. Certaines sont d'anciennes colonies françaises, d'autres non. Pour le Gabon et le Togo, il s'agît plutôt du soutien à des régimes dictatoriaux jusqu'à aujourd'hui, celui d'Eyadema (et de son fils actuellement) au Togo et celui de Bongo au Gabon.
Le mot Françafrique aurait été employé pour la première fois par le futur président ivoirien Houphouët-Boigny, mais le terme, dans sa connotation péjorative, est popularisé par le livre de François Xavier-Verschave, récemment disparu. Il est le fondateur de l'association Survie, le titre de la chanson n'est donc pas fortuit.

Quelques uns des dictateurs symbolisant la Françafrique viennent de faire l'objet d'une plainte à Paris, déposée par Transparency International et des citoyens gabonais et congolais. La plainte pour recel de détournements de fonds publics vise le président gabonais Omar Bongo, le président congolais Denis Sassou Nguesso et le président de la Guinée Equatoriale Théodore Obiang Nguemo. Exemple (source : Libé) : "la famille Bongo, selon le Sénat américain, bénéficierait directement de 8,5 % du budget gabonais (110 millions de dollars par an), mais sans que cette «allocation présidentielle» ne figure dans les comptes de l’Etat gabonais. Quinze membres de la famille Bongo détiennent 70 comptes bancaires en France. Omar, le patriarche, possède onze adresses à Paris, dont un hôtel particulier acquis l’an dernier 19 millions d’euros, et cinq à Nice." Pour Survie, il s'agit de "biens mal acquis".

Voici la musique et les paroles :

Découvrez Dub Incorporation!



Mais les mots suffisent-ils, à faire prendre conscience,
faire penser qu'il est temps ;
Car ces fous la surveillent et sont hostiles,
France Afrique sous contrat !
Corruption, meurtre, guérilla !
Mais comment ces hommes peuvent dormir tranquilles

Angola Côte d'Ivoire Rwanda !
Qui vend les armes au peuple et qui arbitre leur combat,
Du Togo au Gabon Liberia !
Le pouvoir est aux fous qui corrompent leurs chefs d'états.
(Et ça fait) diviser pour mieux régner, manipuler pour contrôler,
La France est un empire et elle tient bien à le conserver.
Population ignorée, multiplication des charniers
No no ! Le sang déjà trop coulé
L'esclavage puis les colonies n'ont jamais libéré ces pays
de la main mise du blanc et ce qu'il emmène avec lui !
Car tous ces dirigeants ont tant tué, tellement menti,
Ils organisent leurs plans, la soif d'argent les pourrit.
Tant de larmes et tant de pleurs,
causés par ces pantins, causés par tous ces dictateurs.
Toutes ces armes, mes frères qui meurent
Ils partagent le butin et ne laissent après eux que la douleur.

Hader can assa felèche
Hader can azeka d'eteusse azeka d'eteusse
Hader can assa del heume
Hader can azeka del moth azeka del moth
I tskeeleve eul dravan it's keeleve eul guerant
Frikia, frikia so sweet mama
Si la mort d'un homme est suivie par celle d'un enfant
Si la terre des hommes est occupée par l'occident
Si les larmes et les pleurs condamnaient les gens

On ne parle plus de guerre finalement que d'argent
Et tous les hypocrites en sont bien conscients
et tous les politiques marchent droit devant.
Par la machine à fric ils pompent de l'argent,
Tous les politiques en sont bien conscients.

Car c'est la mascarade de ces politi-chiens !
Français ou Africains, de tous ces grands assassins
Et quand ils paradent tous main dans la main,
Je les mets tous dans le même bain
ces bouchers inhumains.
Regardez l'avance qu'ils ont prise
Car dans la course au rat
Tu vois qu'ici tous les coups sont permis.
Leur conscience ne leur pose aucun souci
Non, ne baisse pas les bras Africa
car c'est une question de survie !

Dans un paragraphe, quelques phrases prononcées dans une langue que je ne connais pas, saurez-vous me dire laquelle et ce que cela signifie ?
Il y a également un extrait d'un discours dont j'ignore l'auteur....

Un entretien avec le batteur dans Nice-matin. Le site du groupe, sa page myspace.

Une fois de plus, merci à Clément pour ce conseil musical !


D'autres chansons sur la Françafrique sur l'histgeobox :
1. Tiken Jah Fakoly:"Françafrique"
60. François Béranger:"Mamadou m'a dit"

1 commentaire:

Aka75 a dit…

Un petit hommage à François-Xavier Verschave, 1945-2005

Un homme qui a passé sa vie à dénoncer la Francafrique.

Le lien vers l'association qu'il a créé.

http://www.survie-france.org