lundi 7 juillet 2008

63. Sefyu : "La 3ème guerre"

Le rappeur Sefyu (Yusef en verlan) a sorti ce printemps l'album "Suis-je le gardien de mon frère ?". Comme à son habitude, il n'hésite pas à dire ce qu'il a sur le cœur. Dans cet album, une chanson m'a spécialement plu. Elle s'intitule "La 3ème Guerre". Dans la première partie de la chanson, Sefyu dresse un tableau intéressant de la France de l'après-guerre avec ses mots à lui : "La France doit reconstruire, rebooster son économie", "la capitale était morte Il fallait la relooker au même titre qu’un mannequin Car ses talons s’étaient cassés sur les routes de Berlin". Pour cela, le pays compte sur l'aide à double tranchant du Plan Marshall "Rembourser les milliards de l’américain son ami…". Sefyu insiste surtout sur la dépendance entraînée par cette aide dont la France fût le deuxième bénéficiaire en Europe après le Royaume-Uni. Evoquant pour commencer le rôle des troupes coloniales dans la Libération du pays, le rappeur aborde le rôle de l'immigration dans la reconstruction de la France. Africains, Maghrébins, Portugais, Italiens, Espagnols vont travailler dans les secteurs les plus pénibles ("le bâtiment, la voirie, les mines de charbon, à l’usine, à la chaîne" où l'on "ramasse les déchets à mains nues, sans les gants").

Après cette première partie qui sonne comme une reconnaissance de la dette de la France envers ces immigrés, Sefyu aborde un autre thème tout en suivant Moussa et Hussein, deux immigrés originaires du Sénégal et d'Algérie (Hussein est harki). Nous suivons donc ces deux hommes de foyer pour jeunes travailleurs en HLM. Avec la complicité des autorités, chaque groupe reste replié sur lui-même. Moussa et Hussein deviennent voisins après s'être mariés et s'être installés dans un HLM. La méfiance et le racisme naissent alors de l'incapacité à communiquer. C'est donc aussi une chanson contre le racisme intercommunautaire que Sefyu voit à l'oeuvre dans les banlieues. Le salut vient des enfants qui, malgré les préjugés de leurs parents, deviennent les meilleurs amis du monde...

La chanson est parsemée d'interludes. On y entend des extraits probablement issus de documentaires évoquant la ségrégation au sein de l'armée et le rôle des tirailleurs sénégalais (Sefyu est lui-même d'origine sénégalaise).

Sur les troupes coloniales dans les deux guerres, voir l'article de Yassine. Sur l'épisode de l'occupation de la Ruhr et "la honte noire", lisez l'article de Mehdi et Vincent. Vous trouverez tout ça sur le blog réalisé par les premières S autour des mémoires de guerre France-Allemagne. A compléter avec l'article de Yanis, Nassim, William et Djébril (élèves d'Alger) sur le blog Algérie-France.




Découvrez Sefyu!

Interlude

1962, la France est ravagée par la Seconde Guerre Mondiale de 1945
La victoire a coûté cher en argent, en litres de sang
La chute des allemands puis la fin d’Hitler,
Les tirailleurs sénégalais épaulés par l’Algérie ont quitté leurs petites chéries pour l’amour de ce pays,
La bataille est finie, c’est le début de la Troisième Guerre
Des obus sont restés coincés dans les rues de Poitiers
La France doit reconstruire, rebooster son économie,
Rembourser les milliards de l’américain son ami…
A ce moment-là, la France ne se sentait pas très forte, la guerre fut un gros choc, la capitale était morte
Il fallait la relooker au même titre qu’un mannequin
Car ses talons s’étaient cassés sur les routes de Berlin
Pour ça, il fallait des hommes costauds et robustes,
Prêts à tout pour la famille laissée au bled dans la famine
C
’est là qu’ils ont fait appel aux immigrés Portugais, noirs, maghrébins, ritals, espagnols : tous avaient un point commun, fuir la misère dans le besoin,
Tous prêts à travailler comme des dogues argentins, la main d’œuvre est humaine, les outils sont les hommes qui vendent corps et âmes, leur chair pour pas cher
Dans le bâtiment, la voirie, les mines de charbon, à l’usine, à la chaîne, l’immigré se déchaîne

Interlude

1963 l’arrivée de Moussa, 1964 l’arrivée de Hussein.
Moussa, 23 ans, originaire de Dakar, lorsqu’il débarque à Marseille en clandé dans des containers Hussein a 24 ans quand il vient d’Alger, fils d’ancien combattant harki réfugié politique
Il dépose ses valises sur la ville de Paris, à Belleville, à l’ouest de la belle vie
Moussa décroche un boulot dans la voirie, il ramasse les déchets à mains nues, sans les gants Hussein, quant à lui, travaille à l'usine, il respire de l’amiante pour cracher son loyer, crouille… Hussein et Moussa vivent dans des foyers pour jeunes travailleurs immigrés, sans moyens, classés par communauté, par pays, par couleur.
Moussa ne vit qu’avec des noirs et Hussein avec des beurs,
La France n’avait pas l’intention de les dépayser, l’objectif était de bosser et de ne pas les intégrer
Les portugais mangeaient portugais, dormaient portugais,
Les arabes parlaient qu’en arabe, marchaient qu’entre arabes,
Les noirs, dans le noir, faisaient du travail au noir
Chacun vivait avec la personne qu’il y avait dans son miroir
La meilleure nourriture au monde pour Moussa était du riz,
Les meilleurs plats de la terre pour Hussein, la galette kabyle 1980, 20 ans passés en France, Moussa et Hussein à la chaîne se déchaînent.

Interlude

1981, Hussein cherche une femme, 1982 Moussa se marie, 1983
Hussein trouve sa femme, 1984 les deux font des gosses
Ça se passe tout au début des années 80, l’arrivée des HLM qui deviendront des banlieues.
Moussa recherche un logement, obtient sa mutation, quitte Marseille pour Paris, pour agrandir sa famille
De son côté Hussein aussi doit déménager, une pétition est signée pour immeuble en démolition
La vérité, c’est qu’il fallait les reloger afin de rendre des secteurs plus fréquentables comme d’hab
Quand Moussa arrive dans la cité, il est comme choqué en s’apercevant que son voisin n’est plus Sénégalais
En face, Hussein est autant choqué, son voisin c’est Moussa
Moussa face à Hussein, ils parlent en langage des signes, aucun d’entre eux ne parle le français,
A force de rester qu’entre eux, tous ceux qui ne sont pas comme eux sont des bœufs
Les noirs parlent des arabes, les arabes sur les noirs, car la France les a conduits sans phares ni anti-brouillards
Voici le départ de la Troisième Guerre
Le
travail leur a pas laissé le temps d’apprendre la grammaire
« Nique sa mère, nique sa grand-mère », c’est notre vocabulaire
1996 : pour Hussein c’est la merde, car son fils Malik, 12 ans, traîne avec Boubakar le grand fils de Moussa qui ne comprend pas les arabes.
Les deux familles ne se supportent pas, se trouvent des défauts
Ce qui rapproche encore plus leurs enfants, meilleurs amis du monde, solidaires
Boubakar et Malik s’attachent, s’enchaînent, leurs parents se déchaînent



[source pour les paroles : site du chanteur; source du graphique]

3 commentaires:

Anonyme a dit…

ce texte simple est digne d'un grand artiste.

C'est clair et facile à comprendre.

Du talent à l'état pur.


BIG UP Sefyu.

Anonyme a dit…

Dommage que dans un blog lu par des lycéens on retrouve cette grossière erreur historique, que certains ont le plus grand intérêt qu'elle devienne une réalité : "les immigrés ont reconstruit la France"... C'est affligeant..., les 17 ans oubliés par Sefyu entre 1945 et 1962! Professeurs ! Faites faire des frises chronologiques!

M.AUGRIS a dit…

Dommage de lire les articles à moitié et d'avoir des jugements à l'emporte-pièce dénués de fondement.
Évoquer "le rôle des immigrés dans la reconstruction de la France" (et non pas "les immigrés on reconstruit la France" comme vous le dîtes) est-il erroné ? Que vous souhaitiez l'occulter, voilà l'erreur historique !
Sefyu n'est certainement pas un historien. Qu'il n'ait pas conçu sa chanson comme un cours d'histoire parfait ne fait aucun doute. Mais il a le mérite, avec ses mots à lui, d'aborder ces sujets.