mercredi 26 janvier 2011

228. Manu Chao : "Clandestino", (1998)


Solo voy con mi pena
Je vais seul avec ma peine
Sola va mi condena
Seule va ma condamnation
Correr es mi destino
Courir est mon destin
Para burlar la ley
Pour me moquer de la loi

Perdido en el corazón
Perdu dans le coeur
De la grande Babylon
De la grande Babylone
Me dicen el clandestino
On m'appelle le clandestin
Por no llevar papel
Car je n'ai pas de papiers

Pa' una ciudad del norte
Vers une ville du nord
Yo me fui a trabajar
Je suis allé travailler
Mi vida la dejé
J'ai laissé ma vie
Entre Ceuta y Gibraltar
Entre Ceuta et Gibraltar
Soy una raya en el mar

Je suis une raie dans la mer
Fantasma en la ciudad
Fantôme dans la ville
Mi vida va prohibida
Ma vie est interdite
Dice la autoridad
Disent les autorités

Solo voy con mi pena
Je vais seul avec ma peine
Sola va mi condena
Seule va ma condamnation
Correr es mi destino
Courir est mon destin
Para burlar la ley
Pour me moquer de la loi


Perdido en el corazón
Perdu dans le coeur
De la grande Babylon
De la grande Babylone
Me dicen el clandestino
On m'appelle le clandestin
Yo soy el quiebra ley
Je suis le hors la loi

Mano Negra clandestina
La main noire clandestine
Peruano clandestino
Péruvien clandestin
Africano clandestino
Africain clandestin
Marijuana ilegal
marijuana illégale

Solo voy con mi pena
Je vais seul avec ma peine
Sola va mi condena
Seule va ma condamnation
Correr es mi destino
Courir est mon destin
Para burlar la ley
Pour me moquer de la loi

Perdido en el corazón
Perdu dans le coeur
De la grande Babylon
De la grande Babylone
Me dicen el clandestino
On m'appelle le clandestin
Por no llevar papel
Car je n'ai pas de papiers


*




Manu Chao : le migrant de la world music.


Ce n'est sans doute pas un hasard si le premier succès de la carrière solo de Manu Chao fut "Clandestino". Ancien chanteur du groupe La Mano Negra, qui incarne à lui seul les heures de gloire du rock indé français des années 90, le leader de la formation a, en 1994, coupé les ponts avec ses anciens camarades et parcouru une bonne partie de la planète en particulier le continent sud américain dont il fêta la "découverte" par Colomb en 1992, à bord d'un cargo itinérant accompagné de la troupe théâtrale du Royal de Luxe. Il y séjourne longuement et à plusieurs reprises. Installé à Barcelone, il revient régulièrement jouer en France pour remplir Bercy ou la fête de l'Huma.

Manu Chao se promène donc sur la planète avec ses musiciens, un grand barnum plus festif et convivial que spectaculaire distillant une world music, mélange de rock, de reggae, de rythmes latinos, totalement en osmose avec l'image de citoyen du monde qu'il renvoie. Se positionnant souvent à contre courant de l'industrie du spectacle, il fait fondre le prix d'une place de concert aussi vite que la neige au soleil, et est le compagnon (promoteur, découvreur, partenaire) d'autres artistes très éclectiques mais en recherche de la même proximité avec le public comme la troupe du Royal de Luxe, Amadou et Mariam, ou encore le dessinateur Wozniak que l'on retrouve régulièrement dans le "Canard Enchainé". (1)

Fils de Ramon Chao (2), il sait, comme le fit son père, passer les frontières, s'asseoir avec sa guitare auprès de ceux qui, loin des strass, des paillettes, et des futilités de l'industrie musicale, jouent au coin des rues, arpentent le vaste monde dans l'espoir de poser leurs valises à un endroit qui annonce de meilleurs avenirs, ou tentent des expériences musicales et sociales. (3)

Derrière ce "Clandestino" qu'il chante, hors-la-loi, fantôme des villes, dont la vie reste interdite aux yeux des autres, on reconnait la figure du migrant venu des Suds, pour gagner la ville des Nords dans le cadre de mobilités mondialisées. Souvent instrumentalisé pour les besoins d'un discours politique de haine, le migrant porte sur son dos le poids de la misère, celui des inégalités Nord/Sud creusées au fil du développement de la mondialisation ; paradoxalement, alors que les frontières sont abattues par les échanges, le migrant est celui que l'on traque, que l'on repousse, dont on cherche à bloquer la venue même si l'on sait que des secteurs entiers de l'économie fonctionnent grâce à une main d'oeuvre fraîchement arrivée des Suds d'autant plus corvéable si elle est clandestine.



Les migrations forment un ensemble complexe de flux qui concernent de nouvelles populations.


En 2008, on a dénombré 214 millions de migrants internationaux.(4) Si le nombre des migrants était additionné, ils constitueraient réunis le cinquième pays le plus peuplé du monde entre l'Indonésie et le Brésil. Voilà bien de quoi gloser sur le supposé tsunami migratoire qui menace les frontières des pays riches. Mais remettons un peu les choses à leur place.

Les migrations sont un phénomène du temps long de l'histoire : elles durent depuis l'antiquité (Hébreux), ont connu des prolongements au Moyen Age (invasions barbares) ou encore à l'aube des temps modernes (conquête et colonisation de l'Amérique).(5) L'Europe fut au XIXème siècle le point de départ de migrations fort nombreuses vers le Nouveau Monde, rappelons qu'entre 1892 et 1924, 12 millions d'européens sont passés à Ellis Island, porte d'or vers la nouvelle terre promise des Etats-Unis.(6)

Le système migratoire mondial. [source cartothèque documentation française]

Ce phénomène ancien, attaché à l'histoire de l'humanité, serait-il devenu sensible en meme temps qu'il s'est massifié? Là encore, il faut relativiser puisque nos 214 millions de migrants internationaux en 2008 ne représentent que 3,1% de la population mondiale. Le rapport du nombre de migrants à la population mondiale varie, de surcroît, assez peu, sur ces dix dernières années (avec une hausse de 0.2%, passant de 2.9% à 3.1% de la population mondiale).

Alors l'important serait peut être que tous ces migrants viennent de pays pauvres apportant par leur mobilité, leur misère dans les pays riches. Il semble là encore que ce soit une fausse piste.
D'abord parce que la majorité des courants migratoires se font entre pays voisins : on pense, par exemple, à la Côte d'ivoire qui acceuille les Burkinabés et les Maliens au Nord du pays , ou encore à l'Afrique du Sud qui réceptionne les courants migratoires de l'Afrique Australe. Il y a aussi les migrants de la Corne de l'Afrique se déplaçant vers les pays pétroliers de la péninsule arabique ou encore les Colombiens vers le Vénézuela et les Paraguayens vers l'Argentine. Les migrations sud-sud concernent 60 millions de personnes, 61 millions de migrants effectuent des déplacements sud/nord, et 50 autres millions se déplacent selon un axe nord-nord.(7) Porter la focale sur une partie du phénomène (la migration sud/nord) ne permet pas d'en restituer sa réalité géographique, spatiale, aussi variée que complexe.

Enfin, que dire de l'équation pauvreté=migration ? Elle n'est, semble-t-il pas totalement opérante. En effet, les migrants sont de plus en plus souvent urbains, ils ont été scolarisés et ont constitué pour migrer un pécule pour le voyage (qui peut être utilisé de différentes façons, qui vont du financement des voyages au paiement des passeurs) . La migration s'appuie sur toute sorte de réseaux parfois illégaux, parfois familiaux, parfois passant par des solidarités régionales, ethniques entre migrants. Les routes des mobilités sont diverses, les flux multiples, les réseaux variés.


Les remises en 2007 représentent 300 milliards de dollars
soit 3 fois l'Aide Publique au Développement.
Parmi ces flux, les fonds rapatriés par les migrants (les remises) vers leur pays d'origine sont importants. Alors que les pays du Nord ne cessent de se désinvestir de l'Aide Publique au Développement, on considère qu'aujourd'hui ces transferts de capitaux représentent environ 3 fois le montant de ce qui subsiste de l'APD.


Les mobilités humaines s'inscrivent dans la mondialisation, dans des circuits migratoires aux multiples extensions, et génèrent de l'échange et de la richesse.




Dernière remarque pour aller contre toutes les idées reçues, 55% des migrants de ce début de XIXème siècle sont ... des femmes, et même des mères avec enfants. On s'éloigne donc à grands pas de la figure stéréotyoée du migrant, jeune homme adulte en âge de vendre sa force de travail. Le migrant dont on doit redessiner le portrait sera donc une migrante, de quoi ouvrir le champ d'une étude de genre.



Les politiques migratoires schizophrènes entre surenchère sécuritaire et pragmatisme économique.


Quel pays du Nord ne fait pas montre d'une très grande fermeté dans ses politiques de contrôle des migrations ? A l'heure de la mondialisation, on a souvent, et à juste titre, l'impression que certaines frontières n'ont jamais été aussi surveillées et infranchissables.

La longue barrière de 1300 km le long de la Linea n'est
pas encore achevée.
Ainsi, ces politiques se matérialisent dans des dispositifs sécuritaires très impresionnants dont l'exemple le plus saisissant est déployé le long de la linea, frontière entre les Etats-Unis et le Mexique. Depuis le Secure Fence Act en 2006, il est prévu la construction d'une barrière de sécurité de 700 miles sur cette ligne : le mur s'accompagne de caméras de surveillance, patrouilles au sol, en hélico, détecteurs infra-rouge etc.



L'Union Européenne a également actualisé et renforcé sa politique de lutte contre l'immigration. Par le système Frontex des équipes de garde frontières composés de membres des états de l'UE effectuent une surveillance renforcée aux endroits sensibles.





Finalement, on peut dégager quelques grands axes directeurs en la matière :
Les politiques migratoires comportent un volet politique qui peut, par exemple, prendre la forme d'une coopération avec les pays de transit ou d'origine des migrants pour tenter d'en contrôler et limiter le flux au plus près de son origine. Ces politiques se mettent en place, par exemple, avec les pays du Maghreb, les enclaves espagnoles de Ceuta et Mellila au Maroc constituant des postes de contrôle avancés des migrants venus d'Afrique Subsaharienne. Les système Frontex de surveillance intégrée des frontières en constitue une autre forme.
8 km de barbelés entourent l'enclave de Melilla au Maroc
des migrants venus surtout d'Afrique Subsaharienne.



Les politiques migratoires comportent également un volet législatif qui peut se traduire par un durcissement des conditions d'accès au statut de réfugié, ou un durcissement du traitement des étrangers illégaux pris dans le pays d'accueil (rétention administrative, reconduites à la frontière etc). Tout simplement, cela peut aussi se décliner en l'obligation d'être en possession d'un passeport biométrique pour traverser une frontière.

On l'a vu, l'aspect économique a été malmené ces derniers temps. Considérant que les migrations trouvent dans l'inégale répartition des richesses à l'échelle de la planète un terreau fertile, l'APD était un levier économique pour freiner le creusement de ces inégalités. Celui ci est désormais de plus en plus délaissé par les pays du Nord qui y consacrent une part résolument réduite de leur budget.

Un bateau de fortune surchagé de migrants en Méditerranée.
[source Atlas de la Méditerranée]
A l'heure de l'évaluation chronique et de la performance érigée en règle de vie, on est en droit de se demander si ces politiques déclinées du local, au national puis au régional, sont efficaces. En 2008, on estime le nombre de clandestins vivant aux Etats-Unis à 12 millions de personnes. Ils seraient entre 5 et 7 millions à résider dans l'UE. Rares sont les mois durant lesquels les journaux télévisés ne rendent pas compte de l'épopée, qui se finit souvent tragiquement, de migrants entassés sur des esquifs de fortune, arraisonnés en Méditerranée, et conduits vers les camps dans lesquels ils vont s'entasser quand ils ont la chance de ne pas finir noyés.
Les morts aux frontières en Europe

D'où viennent ces mauvaises performances alors que les dispositifs anti-migrants et anti-migrations n'ont jamais été aussi durs ?

Force est de constater qu'aucun système n'est infaillible. Les frontières de l'UE étant de plus en plus difficiles à franchir à l'ouest de la Méditerranée, les flux d'entrée des migrants se sont déplacés vers les points moins surveillés de l'ensemble régional. Les anciens pays communistes d'Europe de l'est ont un temps été suffisamment poreux pour réorienter les flux. Dernièrement, la Grèce a défrayé la chronique en entamant la construction d'un mur sur sa frontière avec la Turquie,(8) région devenue le point d'entrée majeur dans l'UE. Quand on ne passe pas d'un côté, on essaie de passer d'un autre, si bien que certains états se sont spécialisés dans le transit de clandestins, c'est le cas de la Guyane par exemple.


Et enfin les pays riches, s'ils développent un discours de fermeté contre l'immigration, sont bien conscients que les contraintes économiques et les réalités démographiques ne peuvent s'affronter sans les migrants. Ces derniers obtiennent d'ailleurs souvent plus vite du travail que des papiers. Main d'oeuvre bon marché, ils sont pour certaines entreprises, une alternative à la délocalisation et font vivre des pans entiers de l'économie (bâtiment, restauration , services à la personne). On se souvient de l'opération menée aux Etats-Unis avec succès le 1er mai 2006 du "Great American Boycott" au cours de laquelle les immigrants légaux ou illégaux, latinos très souvent, répondirent à l'appel de nombreuses associations en faisant journée morte (pas d'achat, pas de travail, pas d'école) afin de montrer leur poids économique et social. Cette opération fut imitée en France avec moins de succès le 1 mars 2010 sous le nom "Une journée sans nous".


Impossible également d'ignorer les évolutions démographiques. Les pays du Nord vieillissent, la main d'oeuvre immigrée permet aux pays européens les plus concernés par le manque de dynamisme démographique (Italie, Allemagne) de combler le déficit de jeunes adultes qui pèse sur le marché du travail.

Derrière des discours fermes et parfois xénophobes, au délà des barrières et des flotilles de surveillance des côtes, la politique prend simultanément la voie opposée de l'ouverture. Ainsi, le Pacte européen sur l'immigration signé en 2008 reconnait que les états de l'UE doivent accueillir des immigrés. Catherine Wihtol de Wenden (9) qualifie cette posture de schizophrène entre la manipulation des opinions à des fins électorales et les nécessités de sauver les populations des pays riches de leur propre décrépitude, les pays riches de la planète s'enferment dans un double discours qui fait toutefois payer une bien lourde addition aux migrants de la planète.

Le mur sur la frontière Etats-Unis/Mexique rend hommage aux
migrants qui ont perdu la vie en tentant de passer la frontière.

* Un grand merci à Iris pour la traduction !

notes :
(1) Ils publient un album- illustré sous le titre "Sibérie m'était contée" en 2004.
(2) Ramon Chao, galicien, longtemps directeur de RFI Amérique Latine, s'installe en France en 1956.
(3) Manu Chao est très impliqué dans le projet de la "Colifata" radio qui émet depuis un hopital psychiatrique de Buenos Aires.
(5) Les collections de l'histoire, "les grandes migrastions" en présente un panorama trsè complet.
(6) voir sur l'histgeobox, l'article consacré à "American land" de Bruce Springsteen.
(7) Chiffres tirés de l'entretien vec Catherine Wihtol de Wenden das les collections de l'histoire sur "les grandes migrations".
(8) se reporter éventuellement à l'article de Rue 89 qui évoque la construction de ce mur comme résultat des stratégies de contournement des poits de contrôle par les migrants.
(9) Voir l'entretien donné aux collections de l'histoire, "les grandes migrations".


Bibliographie, sitographie :
Les Atlas de l'Histoire, "Atlas de la Méditerranée", 2010.
Catherine Wihtol de Wenden, "Atlas mondial des migrations", Autrement, 2009.
Les collections de l'histoire, "Les grandes migrations", 2009
Carto, le monde en cartes, "Un monde sans frontières", septembre-novembre 2010.
Le monde diplomatique, "l'Atlas".


Le site de l'Organisation Internationale des migrations.
Le site de la CNHI.
La cartothèque en ligne du monde diplomatique.
la cartothèque de Sciences Po consacrée aux migrations.


Un entretien mené par Aug auprès de G.P. Effa à propos de son livre "Nous, enfants de la tradition".

4 commentaires:

J. Blottiere a dit…

Superbe article. Merci.

J.

M.AUGRIS a dit…

Voilà une très belle chanson qui méritait depuis longtemps de figurer dans le répertoire de l'histgeobox. C'est fait et de belle manière !
Une précision concernant les transferts des migrants : les études les plus récentes prennent également en compte l'argent renvoyé dans leur pays par des Européens installés à l'étranger. On s'aperçoit ainsi que des pays comme la France bénéficient aussi de ses transferts...

Boebis a dit…

super article, comme d'habitude d'ailleurs :-).

Anonyme a dit…

Je viens de découvrir ce site et franchement... merci!!!! Pitié continuez parce que c est genial!